SAGAN



 

 


 

 

 

 

LA GRANDE ÉVASION

 

 

Introduction
Les hommes clés
Le tunnel
L'évasion
Les victimes
Les évadés
Les survivants
Les meurtriers

INTRODUCTION

 

 

Le plan des 3 différents tunnels creusés en vue de la grande évasion.

 

La grande évasion est l'histoire vraie d'une des plus grandes évasions en masse de prisonniers de guerre de la deuxième guerre mondiale. L'action se situe au Luft Stalag III, un camp allemand de prisonniers de guerre placé sous contrôle de la Luftwaffe et situé à Sagan (aujourd'hui en Pologne), à environ 150 km au Sud Est de Berlin. Le camp avait été établi pour les aviateurs alliés capturés et était censé être mieux gardé que d'autres camps de prisonniers en raison du regroupement dans ce camp d'un certain nombre de spécialistes de l'évasion plusieurs fois évadés et repris. Les prisonniers sont essentiellement des aviateurs de la RAF avec quelques pilotes de l'USAAF. Le camp se composait d'une petite prison appelée, "le réfrigérateur", de plusieurs tours de guet, de cantonnements et de bureaux pour les soldats allemands et de baraquements pour les prisonniers. La volonté de réaliser une évasion en masse tient au désir d'obliger les Allemands à poursuivre les évadés à travers le pays en mobilisant ainsi des forces qui ne pourront être employées à d'autres tâches.

L'élaboration du plan d'évasion est lente et laborieuse. Sous la conduite du Squadron Leader Roger Bushell, ancien commandant du squadron 92 abattu pendant la bataille de Dunkerque en 1940, plusieurs réunions sont organisées au terme desquelles il est décidé de creuser simultanément trois tunnels pour s'évader. Ces tunnels porteront le nom de "Tom, Harry et Dick". Un premier tunnel doit être creusé depuis les douches de la baraque 122, un autre depuis le fourneau du baraquement 104 et le dernier sous le plancher du baraquement 105. Dans le même temps, d'autres prisonniers se chargeront de confectionner des vêtements civiles alors que d'autres fabriqueront les faux papiers, les laisser passer, les cartes, les boussoles et tout l'approvisionnement nécessaire à l'évasion. La plus grande prouesse des futurs évadés consistera à réaliser tout ceci au nez et à la barbe de gardiens pourtant très attentifs à déjouer toute tentative de ce type. Lorsque l'ouvrage est presque terminé, se sont 200 candidats à l'évasion qui peuvent ainsi être entièrement équipés. Afin d'aider l'évasion, une attaque aérienne dans le secteur doit obliger les habitants du secteur et les sentinelles du camp à respecter le "black out". Dans la nuit du 24 au 25 mars 1944, l'évasion est lancée. Malheureusement, le tunnel d'1 mètre de section, long de 110 mètres et creusé à 10 mètres de profondeur est trop court d'environ 10 mètres et ne permet pas de sortir directement dans les bois à l'abris du regard des sentinelles. Les évadés doivent donc attendre que la sentinelle de la tour de guet regarde ailleurs pour pouvoir s'extirper, ce qui retarde le déroulement du plan. Au petit matin, une sentinelle qui s'approche du trou de sortie prend conscience de ce qui se passe après quelques secondes d'hésitation et donne alors immédiatement l'alerte. Pourchassés par les gardiens du camp, une partie des 76 prisonniers qui sont parvenus à sortir du camp sont rattrapés pendant que les autres gagnent la ville la plus proche ou tentent de quitter le secteur par différents moyens. Trois prisonniers seulement parviendront à regagner l'Angleterre alors que 73 autres seront repris et renvoyés en grande majorité au camp de Sagan et conduits au refroidisseur.

Devant l'ampleur de l'évasion et afin de prévenir toute nouvelle tentative, la Gestapo, agissant sous les ordres directs d'Hitler décide alors d'exercer des représailles en exécutant 50 officiers Alliés, en pleine violation des conventions de Genève. De son côté, le chef du camp, l'Oberst von Lindeiner-Wildau sera relevé de son commandement et condamné à 2 ans de forteresse. L'annonce du massacre arrivera en Angleterre en juillet 1944. Dès l'annonce des meurtres, décision est prise de poursuivre les auteurs de ces meurtres. Dix huit auteurs de ces crimes seront identifiés, arrêtés et jugés par le Tribunal Militaire Britannique de Hambourg. Quatorze seront condamnés à la peine de mort (13 seont exécutés) et 4 à des peines de prison.

Depuis 1971, le souvenir de ces hommes est perpétué au travers d'un mémomrial dressé sur le lieu même des évènemets et à jamais immortalisé au travers d'un film retraçant l'histoire de cette grande évasion. Le Musée dédié à l'ensemble des prisonniers de guerre possède une riche documentation sur le traitement des prisonniers de guerre.

 

L'entrée du tunnel "Harry" et son trajet marqué par de petites bougies allumées en mémoire du massacre de 50 officiers alliés.

 

 

LES HOMMES CLES

 

 

 

Squadron Leader Roger J Bushell : Commandant du Squadron 92 en 1940, il est abattu à bord de son Spitfire Mk I (N3194) le 23 mai 1940 dans le secteur de Dunkerque. Fait prisonnier, il s'évade une première fois mais se fait arrêter à Prague à la mi mai avec son compagnon d'évasion Jack Zafouk, membre du Squadron 311 abattu au cours de la nuit du 16/17 juillet 1941. En représaille, la Gestapo exécute l'ensemble des membres de la famille qui a aidé Bushell dans sa fuite et Zafouk est envoyé pour sa part à la célèbre prison de Colditz. C'est à cette époque que Bushell développe une haine farouche à l'égard de la Gestapo mais il ne laisse rien transparaitre et entretiendra de bonnes relations avec le commandant du camp de Sagan afin de masquer les préparatifs de l'évasion.

A la tête d'un commité exécutif composé du F/O Wally Floody (Matricule J5481 - Sq 401 abattu le 28 octobre 1941) de Peter Fanshawe (du Squadron 803 du FAA abattu à bord d'un Skua) et du F/L George Harsh (du Squadron 102 - abattu dans la nuit du 5/6 octobre 1942), Bushell va réunir les plus faussaires les plus habiles, des ingénieurs pour creuser le tunnel et des experts en matière de surveillance afin de mener à bien son entreprise visant à faire évader 250 hommes. Le but n'était pas alors de permettre au plus grand nombre de retourner en Angleterre mais simplement d'obliger les Allemands à les chercher à travers toute l'Allemagne en mobilisant ainsi des forces qui feraient défaut à un autre endroit du front, une manière de mener une bataille depuis l'intérieur.

Flying Officer Wally Floody, Pilote Canadien sur Spitfire au squadron 410, ingénieur des mines avant guerre, prend en charge la réalisation des 3 tunnels aidé en cela par le F/L R G "Crump" Ker-Ramsey, ancien pilote du FIU (Fighter Interception Unit - abattu dans la nuit du 13 au 14 septembre 1940), et par Peter Henry Fanshawe et une foule d'autres aviateurs. Johnny Travis, pilote Rohdésien, se charge de son coté de réaliser les kits d'évasion avec notamment des boussoles réalisées à l'aide de fragments de Bakelite pris sur des gramophones et qui une fois fondus sont modelés en y incorporant une petite aiguille elle-même réalisée à l'aide de fragments de lames de rasoir magnétisées.

Flying Lieutenant Des Plunkett, du Squadron 218, abattu dans la nuit du 20/21 juin 1942 (Stirling I, W7530 HA:Q) et son équipe s'occupent de leur côté de la réalisation des cartes. De vrais papiers d'identité et des laisser passer ont été volés ou obtenus auprès de gardes corrompus et copiés par le F/L Tim Walenn et son équipe de faussaires. Les uniformes de services furent retaillés par Tommy Guest et ses hommes qui les transformèrent en vêtements civils et en tenue d'ouvriers. Tous ces accessoires sont cachés au fur et à mesure par le P/O "Digger" Macintosh (12 Sq, abattu le 12 mai 1940, Battle I, L5439 PH:N).

 

 

Un nombre surprenant de gardiens se montreront coopératifs en donnant les horaires de train, des cartes de la région et un nombre impressionnant de papiers officiels nécessaires à l'évasion. La moindre erreur ou un papier manquant pouvant suffire à dévoiler les plans d'évasion, chaque détail est essentiel d'autant que les Allemands changent régulièrement les papiers officiels. Tous les prisonniers ayant été amenés par camions, il est aussi vital de savoir précisemment où se trouve la gare la plus proche afin de pouvoir s'éloigner au plus vite des abords immédiats du camp. Les cigarettes et le chocolat servent de monnaie d'échange avec les gardiens. La réalisation de certains papiers peut parfois demander des semaines de travail en raison de leur complexité.

Un réseau de surveillance permanente de tous les gardes et plus particulièrement des "furets" (gardes qui peuvent fouiller à tout moment sans préavis), est mis en place par le F/L George R Harsh, un pilote Américain engagé dans la RCAF et abattu dans la nuit du 5 au 6 octobre 1942 à bord d'un Halifax du Squadron 102. Un système complexe de signaux d'alerte très discrets est aussi élaboré permettant à ceux qui sont en charge de certaines tâches de les réaliser sans être inquiétés pendant que les autres, sous couvert d'activité anodines, assurent une surveillance étroite. Ne pouvant empêcher les hommes de s'occuper, les Allemands les autorisent à poursuivre leurs divers activités.

 

 

 

 

LE TUNNEL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Longs de 110 mètres chacun et creusés à 10 mètres de profondeur, les tunnels "Harry", "Dick" et "Tom" étaient munis d'un système d'éclairage électrique, d'un chemin de fer et d'un système de ventilation d'air. Creusés dans le plus grand secret à l'aide d'outils qu'ils avaient eux-mêmes confectionnés avec du fer blanc, la réalisation de tels tunnels représentait un exploit logistique hors du commun en raison des quantités importantes de terre à évacuer, des difficultés rencontrées pour trouver du matériel d'étayage de l'ouvrage et de la surveillance continue des gardiens du camp.

1 - Les prisonniers du Luft stalag III appelaient leurs gardiens les "crétins" et les tours de guet les "boites à crétins". L'une de ses tours se trouvait à 15 mètres à peine de l'endroit où il était prévu que le tunnel émergerait.

2 - Le Stalag Luft III disposait d'une prison centrale, appelée "le réfrigérateur" dans laquelle était envoyés les prisonniers récalcitrants qui avaient violé les règles. La durée du séjour dépendait du bon vouloir des gardes allemandes. Toute conspiration en vue d'une évasion était cependant punie de plusieurs semaines d'isolement.

3 - Les concepteurs du camp avait intentionnellement implanté celui-ci sur un terrain meuble et sablonneux. Les architectes pensaient ainsi rendre presque impossible la réalisation d'un tunnel en raison de l'étayage important que cela supposait et dans le cas où une tentative serait faite, rendre aisément identifiable la terre extraite du tunnel en raison de son caractère sablonneux. Néanmoins, au total, près d'une centaine de tunnels seront découverts par les Allemands au Luft Stalag III ("Tom" sera le 98e découvert).

4 - Les Allemands avaient disposé tout autour du camp, dans la terre sous les barbelés, un réseau de microphones suceptibles de détecter les bruits occasionnés par des travaux sous-terrains. Afin de contourner cet obstacle, il fut décidé de creuser profondemment afin de ne pas être détecté par les micros.

5 - Un système de d'alarme sonnore relié à un fil parcourant tout le périmètre du camp avait été installé par les Allemands, permettant ainsi d'avertir des gardiens de toute approche des barbelés par un prisonnier.

6 - La trappe d'entrée de Harry fut installée un fourneau de chauffage. Les prisonniers avaient fabriqué une base amovible donnant accès à la partie verticale du tunnel. Le fourneau restait toujours allumé afin de décourager les gardes de vérifier la présence d'une éventuelle entrée de tunnel. Une fois la trappe d'accès ouverte, il fallait environ 20 secondes pour repositionner le fourneau à l'aide de poignées en bois.

7 - Long d'environ 10 mètres, le boyau d'accès au tunnel proprement dit était très étroit et insonorisé. La première partie était partiellement obstruée par des briques et du ciment pour limiter le bruit et devait être enlevé le jour de l'évasion pour faciliter l'accès des évadés.

8 - Au bout du boyau d'accès se trouvait une pièce dans laquelle pouvait être stockés les outils, le sable en attente d'évacuation, puis plus tard les accessoires confectionnés en vue de l'évasion tels que les faux papiers, les vêtements et les provisions.

9 - Si l'extraction de la terre, compte tenu de la nature du terrain, était relativement aisée, la consolidation de l'ouvrage en revanche était vitale et nécessitait un étayage très solide pour éviter qu'il ne s'effondre. L'étayage était confectionné à partir d'un gabarit et le bois était récupéré sur les lits et dans la structure même des baraquements.

10 - Un atelier installé dans cette pièce servait à fabriquer l'équipement tel que les outils, les lampes et à transformer les matériaux empruntés pour l'étayage du tunnel. Ainsi se sont approximativement 4.000 panneaux de lit, 1370 lattes de sommier, 635 palliasses, 35 chaises, 52 tables pour 20 personnes, 90 armatures de couchette, 1.699 couvertures, 1212 traversins, 1219 couteaux, 478 cuillères, 30 pelles, 582 fourchettes, 3424 serviettes, 1.400 bidons de lait, 300 mètres de fils électrique, 200 mètres de corde, 69 lampes qui ont été utilisés pendant la construction de Harry et de deux autres tunnels, "Tom" et "Dick".

 

 

11 - L'air frais étant insuffisant sous terre, un compresseur fut fabriqué et installé dans le tunnel "Harry". Réalisé à partir de plans trouvés dans un magazine obtenu clandestinement, il était composé d'un sac en tissu monté sur les courroies en bois. Un homme l'actionnait dans les deux sens comme une machine à ramer pour pomper l'air par des pipes de ventilation constituées d'un empilement de boites de lait qui permettaient d'extraire l'air du tunnel et de pomper de l'air frais en surface par l'intermédiaire de bouches d'air cachées dans le baraquement 104.

12 - Les concepteurs du tunnel mirent en place un système de rails et de chariots actionnés par des cordes afin de faciliter le déplacement des hommes et surtout l'évacuation du sable devenue problématique avec l'avancée des travaux. La nuit de l'évasion, ce système permit d'accroître le nombre des rotations

13 - Piccadilly Circus était une station intermédiaire où les évadés changaient de chariot pour amliorer la fluidité des déplacements dans le tunnel.

14 - Avec l'avancée des travaux, il fallut résoudre le problème de l'obscurité dans le tunnel. Les torches réalisées au début avec des morceaux de pyjamas s'étant révélées nocives, des prisonniers intrépides parvinrent à voler des fils électriques et à se brancher sur le réseau électrique du camp pour éclairer le tunnel.

15. Leicester Square était la deuxième station où les évadés changeaient de chariot. Le parcours était ainsi divisé en 3 tronçons égaux.

16. Les tunneliers creusèrent le dernier tiers du trajet au cours des 9 premiers jours de mars. Le 14 mars, ils commencent à creuser vers le haut, atteignant presque le surface, ne laissant que 60 cm de terre à dégager la nuit de l'évasion. Malheureusement, Harry se révèlera être trop court de quasiment 10 mètres par rapport à ce qui avait était prévu. S'il permettait de sortir de l'enceinte du camp, il ne permettait pas de bénéficier de la couverture des arbres.

 

Alors que "Tom" est pratiquement terminé, à l'été 1943, un "Furret" découvre le tunnel et le fait détruire immédiatement (le 98eme découvert dans le camp).

Au total, la réalisation des 3 tunnels longs de 110 mètres et d'1 mètre de section auront nécessité l'évacuation de près de 200 tonnes de terre et de sable, soit 140 mètres cube de gravats.

 

 

L'EVASION

 

 

Maquette du Luft Stalag III exposée au Musée de Sagan

 

Pendant que la nuit tombe, ceux qui ont été sélectionné pour prendre part à l'évasion se regroupent dans le baraquement 104. Les nerfs à vif, les prisonniers sont térrifiés à l'idée de voir un gardien pénétrer dans le baraquement. Le F/O Pawel Tobolski, (Squadron 301, abattu le 25/26 juin 1942, Wellington IV, Z1479 GR:A) habillé en soldat Allemand pour son évasion doit voyager avec le W/C Day. En ouvrant l'extrémité du tunnel, à 22 heures 15, le F/L Johnny Taureau découvre que le tunnel ne débouche pas dans la forêt qui est située à près de 10 mètres de l'orifice qu'il vient de dégager. Respectant le couvre feu décrété en raison d'un raid allié mené dans le secteur, les gardes n'allument cependant pas les projecteurs. Le premier évadé monte sur le chariot à 22 heures 30.

Les sentinelles effectuant des rondes à interval régulier entre le grillage et le bois, les évadés doivent attendre de ne pas être vu pour sortir. La neige qui recouvre le sol provoque un problème supplémentaire puisque les prisonniers ne peuvent pas courir jusqu'à la forêt au risque de laisser des traces caractéristiques et de provoquer le crissement des pas dans la neige, obligeant chacun des évadés à ramper jusqu'à la lisière des arbres, entraînant du retard dans le déroulement du plan. La situation est encore compliquée par la coupure d'électricité dans le camp du fait du raid aérien et qui oblige les évadés à utiliser de grosses lampes pour se déplacer dans le tunnel.

Très vite, dans le baraquement 104, il devient évident que les choses ne se passent pas aussi bien que prévu sans que l'on parvienne à savoir pourquoi les rotations sont aussi lentes. Alors qu'il avait été calculé de faire sortir un homme par minute, le rendement tombe à 5 minutes par évadés. Après que les douzes premiers évadés se soient engoufré dans le tunnel, la situation semble se figer. Conscient de la situation, les hommes situés à l'avant font parvenir le message selon lequel tous les candidats munis d'un numéro de passage supérieur à 100 n'avaient aucune chance de s'évader.

 

 

En raison du couvre-feu, il est toutefois impossible pour les candidats recalés de regagner leurs baraquements au risque de se faire tirer dessus par les sentinelles et de déclencher l'alerte générale. On décide alors d'attendre le matin. A l'aube, seulement 76 hommes étaient parvenus à s'évader en profitant de l'obscurité. A 4 heures 55, alors que 87 hommes ont quitté le baraquement 104 pour s'engouffrer dans le tunnel, le F/L Shand attend à la sortie du tunnel le signal pour gagner la ligne des arbres. Dans les bois le F/L Langlois (Squadron 12 , abattu le 5 août 1941, Wellington II, W5421 PH:G) aperçoit une sentinelle qui dévie de sa ronde et se rapporche de la sortie du tunnel. Tirant sur la corde servant de signal pour indiquer à Shand d'attendre encore, ce dernier comprend l'inverse et sort sous les pieds de la sentinelle qui jusque là n'avait rien remarqué. Pendant quelques secondes, la sentinelle ne remarque pas les traces dans la neige ni la vapeur qui se dégage de la bouche du tunnel. Lorsqu'il se rend compte que quelque chose d'anormal se passe, il met en joue et tire sur Langlois qu'il rate cependant tout en donnant l'alarme avec son sifflet.

Les F/L Laurence Reavell-Charretier (Squadron 49 escadrons, abattu le 26/27 juin 1940, Hampden I P4305) et F/L Keith "ball-traps" Ogilvie, qui attendent dans les bois sautent sur la sentienelle, permettant à Shand de s'extirper du tunnel. Le prochain homme dans le tunnel, le S/L McBride, est appréhendé et le S/L Len Trent (Squadron 487, abattu le 3 mai 1943, Ventura II AJ209, EG:V) titulaire de la VC et de la DSO, est plaqué face contre terre au moment même où il pénètre dans le bois. Il se rend sans résister.

Le F/O Ken "Shag" Rees (Squadron 150, abattu le 23/24 octobre 1942, Wellington III BK309, JN:N) et le S/L Clive Saxelby (Squadron 103, abattu le 7/8 septembre 1942, Halifax W1219 PM:S) se trouvent alors au pied de l'échelle, attendant leurs tours pour sortir. Lorsqu'ils entendent les projectiles, Sax et Joe Moul (Squadron 416, abattu le 23 octobre 1942, Spitfire Vb BL575), rebroussent chemin à toute vitesse, suivis de près par Rees qui craignait qu'une sentinelle ne saute dans le tunnel pour mettre des cousp de pieds dans l'étayage afin d'enterrer les fuyards à l'intérieur. Alors qu'il se dirige vers le baraquement, Ken s'attaend à prendre à tout moment une balle ou un coup de baillonnette. Le S/L Denys Maw (Squadron 218, abattu le 25/26 juin 43, Strirling EF430 HA:W) rebrousse aussi chemin vers le baraquement 104.

Après quelques minutes, tous les hommes qui avaient attendu dans le tunnel étaient parvenus à retourner au baraquement 104, où les projectiles ont été également entendus. Les candidats à l'évasion restants, et ceux qui sortent du tunnel brûlent alors leurs faux papiers et mangent leurs rations mises de côté pour l'évasion sachant par avance que les allemands les confisqueraient. Les gardiens ne purent trouver tout de suite l'entrée du tunnel ; leur chien s'endormant avant de parvenir à truver quoi que se soit. En conclusion, le gardien Charlie Pilz est envoyé pour explorer le tunnel depuis l'autre extrémité. Attendant dans le baraquement 104, ont pu bientot entendre la voix de Charlie demandant de l'aide pour sortir. Prenant le melheureux soldat en pitié, les prisonniers finissent par oouvrir la trappe d'où émerge Charlie, plein de l'éloge pour le tunnel superbe qu'il vient de parcourir.

Dans l'obscurité, plusieurs des évadés ne trouvèrent pas l'entrée de la gare, difficilement identifiable car consistant en un étroit passage piétons. En conséquence, bon nombre d'entre eux manquèrent leur train et attendirent aux abords de la gare, essayant de s'ignorer. Parvenant à embarquer dans les trains suivants, le retard ainsi pris dans l'exécution du plan fera que bon nombre d'évadés seront très vite repris dans le secteur de Sagan.

 

 

 

50 AVIATEURS EXECUTES

 

 

 

Nom
Grade
Matri
Nat
Naissance Unité Prisonnier depuis... Repris Exécuté Âge
Birkland Henry J
F/L
J5233
16.08.17 Sq 72 Prisonnier 07.11.41
Spitfire Vb, W3367
Repris devant Sagan Vu dernière fois le 31 mars. Exécuté par Lux et Scharpwinkelle. Incinéré à Liegnitz 27 ans
Brettell Gordon E  
F/L
61053
19.03.15 Sq 133 Prisonnier 26.09.42
Spitfire IX
Repris à Scheidemuhl Exécuté par Bruchardt le 29 mars
Incinéré à Danzig
27 ans
Bull Lester G  
F/L
43932
07.11.16 Sq 109 Prisonnier 5/7.11.41
Wellington IC, T2565
Repris devant Reichenburg Exécuté par la Gestapo le 29 mars
Incinéré à Brux
28 ans
Bushell Roger J

90120
30.08.10 Sq 92 Prisonnier 23.05.40
Spitfire I, N3194
Repris à Saarbrucken Exécuté par Schulz le 29 mars
Incinéré à Saarbrucken
34 ans
Casey Michael J
F/L
39024
19.02.18 Sq 57 Prisonnier 16.10.39
Blenheim I, L1141
Repris devant Gorlitz Exécuté par Lux et Scharpwinkel. le 31 mars. Incinéré à Gorlitz 26 ans
Catanach James  

400364
28.11.21 Sq 455 Prisonnier 06.09.42 Norvège
Hampden I AT109
Repris à Flensburg Exécuté par Post le 29 mars
Incinéré à Kiel
23 ans
Christiansen Arnold G
F/L
413380
08.04.21 Sq 26 Prisonnier 20.08.42
Mustang AL977
Rerpis à Flensburg Exécuté par Post le 29 mars
Incinéré à Kiel
23 ans
Cochran Dennis H
F/O
122441
13.08.21 OTU 10 Prisonnier 09.11.42 Repris à Lorrach Exécuté par Priess et Herberg le 29 mars
Incinéré à Natzweiler
23 ans
Cross Ian K P  

39305
04.04.18 Sq 103 Prisonnier 12.02.42
Wellington IC, Z8714 PM:N
Repris devant Gorlitz Exécuté par Lux et Scharpwinkel. le 31 mars. Incinéré à Gorlitz 26 ans
Espelid Halldor
Lt
378
06.10.20 Sq 332 Prisonnier 27.08.42
Spitfire Vb BL588 FN:A
Rerpis à Flensburg Exécuté par Post le 29 mars
Incinéré à Kiel
24 ans
Evans Brian H
F/L
42745
14.02.20 Sq 49 Prisonnier 06.12.40
Hampden I, P4404 EA:R
Repris à Halbau Vu dernière fois le 31 mars. Exécuté par Lux et Scharpwinkel. Incinéré à Liegnitz 24 ans
Fugelsang Nils
Lt
742
??? Sq 332 Prisonnier 02.05.43
Spitfire IX BS540 AH:E
Repris à Flensburg Exécuté par Post le 29 mars
Incinéré à Kiel
?
Gouws Johannes S
Lt
103275
13.08.19 Sq 40 SAAF Prisonnier 09.04.42
Tomahawk AN377
Repris à Lindau Exécuté par Schneider le 29 mars
Incinéré à Munich
25 ans
Grisman William J
F/L
45148
30.08.14 Sq 109 Prisonnier 5/7.11.41 ??
Wellington IC, T2565
Repris devant Gorlitz Vu dernière fois le 6 avril. Exécuté par Lux. Incinéré à Breslau 30 ans
Gunn Alastair D M
F/L
60340
27.09.19 PRU 1 Prisonnier 05.03.42
Spitfire PR IV AA810
Repris devant Gorlitz Vu dernière fois le 6 avril. Exécuté par Gestapo. Incinéré à Breslau 25 ans
Hake Albert H
F/L
403281
30.06.16 Sq 72 Prisonnier 28.12.41
Spitfire Vb AB258
Repris devant Gorlitz Exécuté par Lux et Scharpwinkel. le 31 mars. Incinéré à Gorlitz 28 ans
Hall Charles P
F/L
50896
25.07.18 PRU 1 Prisonnier le 28.12.41
Spitfire AA804
Repris à Sagan Exécuté par Lux et Scharpwinkel. le 30 mars. Incinéré à Liegnitz 26 ans
Hayter Anthony R H
F/L
42124
20.05.20 Sq 148 Prisonnier 24.04.42
Wellington BB483
Repris devant Mulhouse Exécuté par Schimmel le 6 avril
Incinéré à Natzweiler
24 ans
Humphreys Edgar S
F/L
44177
05.12.14 Sq 107 Prisonnier 19.12.40
Blenheim IV, T1860
Repris à Sagan Vu dernière fois le 31 mars. Exécuté par Lux et Scharpwinkel. Incinéré à Liegnitz 30 ans
Kidder Gordon A
F/L
J10177
09.12.14 Sq 156 Prisonnier 14/14.10.42
Wellington III, BJ775
Repris devant Zlin Exécuté par Zacharias et Knippelberg avec Kiowsky et Schwartzer comme conducteurs le 29 mars. Incinéré à Mahrisch Ostrau 30 ans
Kierath Reginald V
F/L
402364
20.02.15 Sq 450 Prisonnier 23.04.43
Kittyhawk III FR477
Repris devant Reichenburg Exécuté par la Gestapo le 29 mars
Incinéré à Brux
29 ans
Kiewnarski Antoni
Maj
P0109
26.01.99 Sq 305 Prisonnier 28.08.42
Wellington X, Z1245
Repris à Hirschberg Exécuté par Lux le 31 mars
Incinération inconnu
45 ans
Kirby-Green Thomas G

39103
28.02.18 Sq 40 Prisonnier 16/17.10.41
Wellington IC, Z8862 BL:B
Repris devant Zlin Exécuté par Zacharias et Knippelberg avec Kiowsky et Schwartzer comme conducteurs le 29 mars. Incinéré à Mahrisch Ostrau 26 ans
Kolanowski Wlodzimierz
F/O
P0243
11.08.13 301 Sq Prisonnier 08.11.42
Wellington IV, Z1277 GR:Z
Repris à Sagan Abattu sur place par Lux et Scharpwinkel. le 31 mars. Incinéré à Liegnitz 31 ans
Krol Stanislaw Z
F/O
P0237
22.03.16 Sq 74 Prisonnier 02.07.41
Spitfire Vb, W3263
Repris à Oels Exécuté à Breslau par Lux le 14 avril
Incinéré à Breslau
28 ans
Langford Patrick W
?
J1631
04.11.19 OTU 16 Prisonnier 28/29.07.42
Wellington IC, R1450
Repris devant Gorlitz Vu dernière fois le 31 mars. Exécuté par Lux et Scharpwinkel. Incinéré à Liegnitz 25 ans
Leigh Thomas B
F/L
46462
11.02.19 Sq 76 Prisonnier 5/6.08.41
Halifax I, L9516
Repris à Sagan Vu dernière fois à Sagan le 12 avril. Exécuté par Lux et Scharpwinkel. Incinéré à Breslau 25 ans
Long James L R
F/L
89375
21.02.15 Sq 9 Prisonnier 27.03.41
Wellington IA, R1335 WS:K
Repris à Sagan Vu dernière fois à Sagan le 12 avril. Exécuté par Lux. Incinéré à Breslau 29 ans
Mc Garr Clement A N
Slt
95691
24.11.17 Sq 2 SAAF Prisonnier 06.10.41
Tomahawk AK513
Repris à Sagan Vu dernière fois à Sagan le 6 avril. Exécuté par Lux et Scharpwinkel. Incinéré à Breslau 27 ans
Mc Gill George E
F/L
J5312
14.04.18 Sq 103 Prisonnier 10/11.01.42
Wellington R1192
Repris à Sagan Vu dernière fois le 31 mars. Exécuté par Lux et Scharpwinkelle. Incinéré à Liegnitz 26 ans
Marcinkus Romas
F/L
89580
22.07.10 Sq 1 Prisonnier 12.02.42
Hurricane IIc BD949
Repris à Scheidemuhl Exécuté par Bruchardt le 29 mars
Incinéré à Danzig
34 ans
Milford Harold J
F/L
103586
16.08.14 Sq 226 Prisonnier 22.09.42
Boston AL743
Repris à Sagan Vu dernière fois à Sagan le 6 avril. Exécuté par Lux . Incinéré à Breslau 30 ans
Mondschein Jerzy Tomasc
F/O
P0913
18.03.09 Sq 304 Prisonnier 08.11.41
Wellington IC, R1215
Repris à Reichenburg Exécuté par la Gestapo le 29 mars
Incinéré à Brux
45 ans
Pawluk Kazimierz
F/O
P0740
01.07.03 Sq 305 Prisonnier 29.03.42
Wellington II, W5567 SM:M
Repris à Hirschberg Abattu sur place par Lux le 31 mars
Incinération inconnu
41 ans
Picard Henri A
F/L
87693
17.04.16 Sq 350 Prisonnier 02.09.42
Spitfire BM297
Repris à Scheidemuhl Exécuté par Bruchardt le 29 mars
Incinéré à Danzig
28 ans
Pohe John P P (Alias)
Patapu Porokoru
F/O
402894
10.12.21 Sq 51 Prisonnier 22/23.09.41
Halifax II, JN901
Repris à Gorlitz Exécuté par Lux et Scharpwinkel. le 31 mars. Incinéré à Gorlitz 23 ans
Scheidhauer Bernard W M
Slt
30649
28.08.21 Sq 131 Prisonnier 18.11.42
Spitfire Vb EN830 NX:X
Repris à Saarbrucken Exécuté par Spann le 30 mars
Incinéré à Saarbrucken
23 ans
Skanzikas Sotiris
P/O
213
06.08.21 Sq 336 Prisonnier 23.07.43
Hurricane HW250
Repris à Hirschberg Exécuté par Lux le 30 mars
Incinération inconnu
23 ans
Stevens Rupert J
?
47641
21.02.19 Sq 12 SAAF Prisonnier 14.11.41
Maryland AH287
Repris à Rosenheim Exécuté par Schneider le 29 mars.
Incinéré à Munich
25 ans
Stewart Robert C
F/O
130452
07.07.11 Sq 77 Prisonnier 26/27.04.43
Halifax II, DT796
Repris devant Sagan Vu dernière fois le 31 mars. Exécuté par Lux et Scharpwinkel. Incinéré à Liegnitz 33 ans
Stower John G
F/L
107520
15.09.16 Sq 142 Prisonnier 16/17.11.42
Wellington III, BK278, QT:C
Repris devant Reichenberg Exécuté par Gestapo le 31 mars
Incinération inconnu
28 ans
Street Denys O
F/L
123026
01.04.22 Sq 207 Prisonnier 29/30.03.43
Lancaster I, EM:O
Repris devant Sagan Vu dernière fois à Sagan le 6 avril. Exécuté par Lux . Incinéré à Breslau 22 ans
Swain Cyril D
F/L
37658
15.12.11 Sq 105 Prisonnier 28.11.40
Blenheim IV, T1893
Repris à Gorlitz Vu dernière fois le 31 mars. Exécuté par Lux et Scharpwinkel. Incinéré à Liegnitz 33 ans
Tobolski Pawel Whilem
F/O
P0375
21.03.06 Sq 301 Prisonnier 25/26.06.42
Wellington IV, GR:A
Repris à Stettin Exécuté à Breslau par Lux le 2 avril
Incinéré à Breslau
38 ans
Valenta Ernst
F/L
82532
25.10.12 Sq 311 Prisonnier 06.02.41
Wellington IC, L7842 KX:T
Repris devantGorlitz Vu dernière fois le 31 mars. Exécuté par Lux et Scharpwinkel. Incinéré à Liegnitz 32 ans
Walenn Gilbert W
F/L
73022
24.02.16 OTU 25 Prisonnier 11.09.41
Wellington N2805
Repris à Scheidemuhl Exécuté par Bruchardt le 29 mars
Incinéré à Danzig
28 ans
Wernham James C
F/L
J6144
15.01.17 Sq 405 Prisonnier 8/9.06.42
Halifax II, W7708 LQ:H
Repris à Hirschberg Exécuté par Lux le 31 mars
Incinération inconnu
25 ans
Wiley George W
F/L
J7234
24.01.22 Sq 112 Prisonnier 12.03.43
Kittyhawk III 245788
Repris devant Gorlitz Exécuté par Lux et Scharpwinkel. le 31 mars. Incinéré à Gorlitz 22 ans
Williams John E A  

40652
06.05.19 Sq 450 Prisonnier 31.10.42
Kittyhawk III FR270
Repris devant Reichenberg Exécuté par Lux le 29 mars
Incinéré à Brux
25 ans
Williams John F
F/L
106173
07.07.17 Sq 107 Prisonnier 27.04.42
Boston III
Repris devant Sagan Vu dernière fois à Sagan le 6 avril. Exécuté par la Gestapo. Incinéré à Breslau 27 ans

 

 

 

3 AVIATEURS EVADES

 

 

Van der Stok Bob

 

Bergsland Peter
F/L
-
17.01.19 Sq 332 Prisonnier 19.08.42
Spitfire Vb - AB269
Rejoint l'Angleterre via la Suède en mars Décédé le 22.06.92
Muller Jens E
F/L
-
Sq 331 Prisonnier 19.06.42
Spitfire Vb - AR298 - N
Rejoint l'Angleterre via la Suède en mars Décédé le 30 mars 1999
Van der Stok Bob
F/L
-
13.10.15 Sq 41 Prisonnier 12.04.42
Spitfire Vb - BL595
Rejoint l'Angleterre en juillet via l'Espagne Décédé en 1992

 

 

 

 

23 AVIATEURS CAPTURES
 
 
 
Armstrong Albert
F/L
109946
Sq 268 Repris et renvoyé à Sagan  
Bethell R Anthony
F/L
120413
09.04.22 Sq 268 Repris et renvoyé à Sagan  
Brodrick Leslie C
F/L
122363
05.1921 Sq 106 Prisonnier 14/15.04.43
Lancaster ED752 ZN:H
Repris et renvoyé à Sagan  
Cameron William J
F/O
J6487
Repris et renvoyé à Sagan  
Carter Lamond
-
-
Repris et renvoyé à Sagan  
Churchill Richard S A
F/L
41255
1918 Sq 144 Prisonnier 2/3.09.40 Repris et renvoyé à Sagan  
Day Harry A (DSO ODE)
W/C
5175
Sq 57 Prisonnier 13.10.39
Blenheim I, L1138
Envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. A nouveau évadé, il sera à nouveau capturé  
Dodge Johnnie (DSO DCS MC)
Maj
-
1896 Envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. A nouveau évadé, il sera à nouveau capturé. Il sera libéré en Suisse avec un message pour une tentative de paix avortée à l'intention de Churchill.  
Dvorak Bedrich
F/L
82542
Sq 312 Prisonnier 03.06.42
Spitfire Vb - BL340
Envoyé à Colditz où il arrive le 9 janvier 1945  
Dowse Sydney H (MC)
F/L
86685
1919 PRU Envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. A nouveau évadé, il sera à nouveau capturé  
Green Bernard "Pop"
F/L
76904
Repris et renvoyé à Sagan  
James Bertram A (MC)
F/L
42232
04.1915 Sq 9 Prisonnier 5/6.06.40
Wellington IA P9232 WS:M
Envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. A nouveau évadé, il sera à nouveau capturé  
McDonald Alistair T
F/L
115320
Repris et renvoyé à Sagan  
Neely Alexander D
Lt
-
11.1917 FAA Sq 825 Repris et renvoyé à Sagan  
Nelson Thomas R
F/L
70811
03.1945 Sq 37 Repris et renvoyé à Sagan  
Ogilvie Keith  
F/L
42872
03.1915 Sq 609 Repris et renvoyé à Sagan  
Plunkett Desmond L
F/L
78847
02.1915 Sq 218 Prisonnier 20/21.06.42
Stirling I W7530, HA:Q
Repris et envoyé à Sachsenhausen puis à Sagan  
Poynter Douglas A
Lt
-
1921 FAA Repris et renvoyé à Sagan  
Royle Paul
F/L
42152
Sq 53 Repris et renvoyé à Sagan  
Shand Michael M
F/L
391368
18.03.15 Sq 485 Prisonnier 28.11.42
Spitfire Vb - EP595
Repris et renvoyé à Sagan  
Thompson Alfred B
F/L
39585
Repris et renvoyé à Sagan  
Tonder Ivor B
F/L
83232
04.1913 Sq 312 Prisonnier 03.06.42
Spitfire Vb - BL626
Envoyé à Colditz où il arrive le 9 janvier 1945  
Van Wymeersch Raymond
F/L
30268
09.1920 Sq 174 Repris et envoyé à Sachsenhausen puis à Sagan  

 

Sydney Dowse et Raymond Van Wymeersch

 

 

LES MEURTRIERS

 

 

Les W/Cdr Wilfred "Freddie" Bowes, F/Lt Francis McKenna, F/Lt "Dickie" Lyon, F/Lt Stephen Courtney, F/Lt Harold Harrison and W/O H J Williams, du Royal Air Force Special Investigation Branch, commencent à sillonner l'Eurpoe à la recherche de preuves permettant d'identifier les auteurs des meurtres des 50 pilotes exécutés à Sagan. Le Lt. Col. A P Scotland, un expert du renseignement Britannique interrogera de son côté de nombreux suspects prisonniers en Angleterre.

Un tribunal militaire composé de Juristes Britanniques (tant pour l'accusation et la défense) jugera 18 prévenus, pour l'essentiel anciens membresde la Gestapo, et rendra son verdict le 3 septembre 1947 : Treize prévenus seront exécutés et 5 emprisonnés. De nombreux responsables directs ou indirects de ces massacres seront exécutés dans d'autres pays et notamment par les Russes pour d'autres crimes commis pendant la guerre. Nombreux seront aussi les anciens SS qui disparaitront sans laisser de trace et dont on peut supposer qu'ils trouvèrent refuge en Amérique du Sud

 

Dulag ou Durchgangslager camp de transit

Stalag ou Stammlager camp pour les soldats et sous-officiers.

Oflag ou Offizier-Lager camp pour officiers.

Stalag Luft ou Luftwaffe-Stammlager (camp Luftwaffe) administré par l'aviation et destiné aux aviateurs y compris les officiers.

Marlag ou Marine-Lager Administré par la Marine et destinés aux marins.

Milag ou Marine-Internierten-Lager (Administré par la Marine et destinés aux marins des marines marchandes)

Ilag/Jlag ou Internierungslager Camp d'internement pour civils

 

Sources :

http://www.historyinfilm.com/escape/real8.htm
http://www.bbc.co.uk/shropshire/history/2004/03/great_escape_04.shtml
http://www.defence.gov.au/news/NAVYNEWS/EDITIONS/4706/TOPSTORIES/Story10.htm
http://www.pbs.org/wgbh/nova/greatescape/harry.html
http://www.elsham.pwp.blueyonder.co.uk/gt_esc/
http://www.pegasus-one.org/pow/cSL_3_Fifty.htm

Fighter Command Losses - Vol 2 - 1942/43 - Norman L R Franks


 

 

 

 

 

 

 


Cieldegloire.com