Vietnam - l'affaire du Mayaguez




L'AFFAIRE DU "MAYAGUEZ"

 


Les Américains venaient d'évacuer depuis quelques jours à peine le Viêt-nam du Sud et le Cambodge quand les Khmers rouges s'emparèrent du porte-conteneurs Mayaguez. L'opération lancée pour récupérer l'équipage de ce bâtiment fut la dernière conduite par les États-Unis en Asie du Sud-Est.

De toutes les campagnes menées en Asie du Sud-Est, aucune n'a autant opposé les Américains que l'invasion du Cambodge, ordonnée par le président Nixon en avril 1970. Ayant choisi la voie neutraliste au milieu des années soixante, alors qu'il était gouverné par le prince Norodom Sihanouk, cet État était devenu un véritable havre pour les forces communistes et ses provinces orientales avaient progressivement constitué des bases importantes pour les troupes nord-vietnamiennes et du Viêt-cong opérant au Viêtnam du Sud. Peu de temps avant l'action conjointe des Américains et des Sud-Vietnamiens au printemps de 1970, un nouveau gouvernement avait été formé sous la direetion du général Lon Nol, qui avait rebaptisé le pays du nom de République khmère. Cette nation était profondément divisée et les Khmers rouges, fidèles à Sihanouk, contrôlaient près de 60 % du territoire. En dépit de l'aide militaire et économique massive que lui apportèrent les États-Unis, le régime de Lon Nol s'écroula et Phnom Penh, la capitale du Cambodge, tomba entre les mains des Khmers rouges le 17 avril 1975. Violemment xénophobes, détestant de la même façon l'Amérique et la république démocratique du Viêt-nam, ces derniers procédèrent à d'immenses déplacements de population et capturèrent le SS Mayaguez dans l'après-midi du 12 mai 1975.

 

Porte-containers Mayaguez


Navire capturé

Navire porte-conteneurs jaugeant 10 776 tonneaux, le Mayaguez, qui appartenait à Sea-Land Service Inc., croisait dans les eaux internationales, à 110 km des côtes sud-ouest du Cambodge, quand il fut arraisonné par des bâtiments de patrouille khmers. Peu avant d'être fait prisonnier, le radio avait réussi à transmettre un message de détresse, et, au début du jour suivant, un Lockheed P-3 Orion de l'US Navy repéra le Mayaguez au large des îles Poulo Wai. Quelque temps plus tard, le bateau américain fut amené à Koh Tang, l'équipage tout entier étant interné dans l'ile de Koah Rong San Loen le lendemain. Se fondant sur les informations transmises par le P-3 et sur les reconnaissances accomplies par des F-111 de l'USAF, le comité des chefs d'état-major et le conseil national de sécurité américain pressèrent le président Ford d'agir de toute urgence. Craignant qu'une absence de réaction des Etats-Unis n'encourage de tels actes partout dans le monde, la Maison Blanche autorisa une opération de sauvetage.

Fort heureusement, le retrait des froces américaines de Thailande, commené deux mois auparavant, n'était pas très avancé. Les américains disposaient encore sur place de moyens aériens et maritimes suffisants pour entreprendre une telle action. Deux cent trente hommes apparetenant à la 3rd Marine Division's Amphibious Brigade furent transportés par la voie des airs d'Okinawa en Thailande, tandis que le porte-avions USS Coral Sea, accompagné de trois destroyers, reçut l'ordre de rallier le Golf de Siam. Ignorant les protestations du gouvernement Thailandais, les Américains rassemblèrent leur force d'intervention sur la base d'U-Tapao. L'élément aérien de cet ensemble se composait du 388 TFW (Vought A-7D), du 432 TFW (F-4E), du 347 TFW (F-111) du 374 TAW (C-130E), du 16 SOS (AC-130E) eu 56 ARRS (HC-130P), du 40 ARRS (Sikorsky HH-53C) et du 21st SOS (CH-53C). Dans l'intervalle, l'Air Force subit ses premières pertes, un hélicoptère de transport CH-53C s'écrasant au sol alors qu'il convoyait des policiers militaires de Nakhon Phanom à U-Tapao. Dix-huit passagers et cinq membres d'équipage trouvèrent la mort dans cet accident.

 

L'USS Wilson bombarde l'ile de Koh Tang


Le premier appareil à entrer en action fut le Lockheed AC-130E du l6th SOS, qui, pendant la nuit du 13 mai, suivit des navires de petite taille faisant la navette entre le Mayaguez et Koh Tang. Repéré par l'ennemi, l'avion essuya le feu d'un navire de patrouille et d'armes antiaériennes dissimulées dans l'île. Au petit matin, l'AC-130E tira des salves d'avertissement en direction du bâtiment cambodgien en vue de stopper le transfert des prisonniers américains vers Koh Tang: Un peu plus tard dans la journée, des chasseurs tactiques firent de même. Ne comprenant pas cette démonstration de force et ignorant les intentions du commandement américain, l'équipage du Mayaguez fut transféré à Koh Tang. A ce moment, les hélicoptères chargés de l'opération de sauvetage étaient sur le point de quitter la Thaïlande.

Personne, à leur bord, ne se doutait alors que les combats qui allaient opposer les forces américaines aux Khmers rouges retranchés dans l'île de Koh Tang allaient se révéler si rudes. Les difficultés auxquelles la force d'intervention allait se heurter, aucun des responsables américains ne les soupçonnait. Les Américains étaient sûrs d'eux au départ, eu égard à l'importance des moyens qu'ils avaient décidé de consacrer à l'opération.

 

Deux hélicoptères abattus sur la plage Est


Les Marines au combat

Aux premières heures de l'aube, le 15 mai 1975, six HH-53C Super Jolly Green (une septième voilure tournante, indisponible pour le moment, allait se joindre à cette petite armada un peu plus tard dans la journée) et cinq CH-53C s'envolèrent d'U-Tapao avec des Marines à leur bord. Trois HH-53C déposèrent les hommes qu'ils transportaient sur l'USS Harold E. Holt, un destroyer d'escorte chargé de l'opération d'abordage du Mayaguez, tandis que les huit autres hélicoptères prenaient le chemin de Koh Tang. Le travail confié aux Marines du Harold E. Holt fut des plus faciles. A 8 h 30, le bâtiment américain se rangea le long du porte-conteneurs abandonné sans rencontrer la moindre opposition. Peu de temps après, le Mayaguez fut pris en remorque. Les troupes débarquées à Koh Tang n'eurent pas cette chance. Les Marines rencontrèrent une résistance plus importante que prévue et se rendirent vite compte que l'équipage américain ne se trouvait plus dans l'île. Le long voyage qu'ils avaient effectué s'était révélé inutile.

Placés sous le commandement du Lieutenant Colonel Randall W. Austin, les premiers éléments de l'USMC devaient débarquer dès le lever du jour à l'extrémité nord-ouest de Koh Tang en deux groupes séparés. Le plus important devait prendre pied sur le rivage ouest, et le moins étoffé devait débarquer à l'est. Bénéficiant d'une supériorité numérique de deux contre un et d'un important appui aérien, les Marines avaient pour mission de déterminer si l'équipage du Mayaguez était toujours sur l'île et, dans l'affirmative, de le libérer.

Dès qu'ils atterrirent sur le littoral occidental, les hélicoptères de tête, dont les indicatifs étaient Knife 21 et Knife 22 (les CH-53C engagés dans l'opération portaient les appellations Knife 21, 22, 23, 31, 32, 51 et 52, alors que les HH-53C étaient désignés Jolly 11, 41, 42, 43 et 44), furent pris à partie par des tirs d'armes légères, de roquettes et de mortiers. L'un de ses turbomoteurs en panne et ayant subi par ailleurs d'importants dommages, Knife 21 reprit l'air après avoir déchargé les Marines qu'il transportait. Le Lieutenant Colonel John H. Denham et les trois autres membres de l'équipage tentèrent bien de le maintenir en l'air, mais les dégâts étaient trop graves. Ce CH-53C effectua un amerrissage forcé au cours duquel le Sergeant Elwood E. Rumbaugh, le mécanicien navigant, trouva la mort après avoir extrait le copilote de la machine en perdition.

 

Prise d'assaut du Mayaguez par les Marines


Tandis que les survivants de Knife 21 étaient recueillis par un autre CH-53C, Knife 22 essayait de se poser sur la plage occidentale de l'île. Ayant ses réservoirs troués, il n'y réussit pas et dut rallier la côte thaïlandaise, où il se posa à court de carburant. Un troisième CH-53C, Knife 32, parvint à débarquer les Marines qu'il avait à son bord, mais, touché à plusieurs reprises, il dut regagner sa base avec un membre d'équipage grièvement blessé. Ainsi, en quelques minutes, trois des hélicoptères engagés dans l'opération avaient été mis hors de combat.

L'assaut mené sur la plage orientale en vue de verrouiller la partie septentrionale de Koh Tang, où les Américains pensaient que se trouvait l'équipage du Mayaguez, fut encore plus difficile. Knife 23 et Knife 31 furent immédiatement abattus. L'équipage et les Marines de la première voilure tournante parvinrent à se tirer d'affaire, mais un copilote de l'US Air Force, deux hommes de l'US Navy et dix Marines de la seconde furent tués. Cinquantequatre combattants seulement, séparés en deux groupes, avaient réussi à prendre pied sur l'île, au prix de pertes prohibitives. L'affaire de Koh Tang semblait tourner à la catastrophe.

Craignant d'atteindre, dans la confusion qui régnait au sol, les éléments amis, les avions tactiques n'avaient pu tout d'abord assurer leur mission d'appui-feu. Un contrôleur aérien avancé des Marines ayant survécu à la destruction de Knife 31 fut cependant en mesure de guider leurs attaques quelque temps plus tard. Tandis que les tireurs ennemis étaient tenus en respect par l'aviation, trois HH-53C essayèrent de débarquer leurs Marines sur la plage occidentale. Jolly 41 fut maintenu à distance par le feu adverse, mais Jolly 42 et Jolly 43 furent plus heureux. La situation n'en était pas moins critique, car la force d'intervention américaine se trouvait divisée en trois éléments (60 hommes sur la plage ouest, 29 un peu plus au sud et 25 sur la côte est) incapables d'opérer leur jonction. Une première tentative en ce sens fut entreprise, en vain, à partir du littoral ouest, Jolly 13, qui venait d'être ravitaillé en vol par un HC-130P, subissant de sévères dommages.

Attaque sur l'aérodrome

A 7 h 45, alors que les Marines tentaient de s'extraire de leurs têtes de pont sous la protection des chasseurs de l'US Air Force et des AC-130E, les appareils du CVW-15, embarqués sur le porte-avions USS Coral Sea, s'en prirent à l'aérodrome de Ream. Les avions qui se trouvaient là (pour l'essentiel, des North American T-28D fournis par les États-Unis au Cambodge avant l'arrivée au pouvoir des Khmers rouges) furent tous détruits au sol. Une heure plus tard, une autre vague comprenant des Vought A-7E, des Grumman A-6A et des F-4N Phantom détruisit un dépôt de carburant situé près de Kompong Som. En outre, quinze Boeing B-52D du 43rd Bombardment Wing, basé sur l'île de Guam, se préparaient à intervenir. L'équipage du Mayaguez ayant été libéré avant l'envol des bombardiers lourds du Strategic Air Command, le raid fut décommandé.

Dirigés par un A-7D agissant comme appareil de contrôle aérien avancé, les avions d'attaqug américains, qu'appuyaient des AC-130E armés de canons de 20, 40 et 105 mm, mitraillèrent et bombardèrent les positions adverses à 50 m à peine des lignes amies. Profitant de cette circonstance, Jolly 41 déposa les Marines qu'il emportait. A ce moment, huit des onze hélicoptères engagés dans l'opération avaient été descendus ou sévèrement endommagés. Heureusement pour les Américains, l'USS Wilson repéra, à 10 h 45, un bateau de pêche thaïlandais auquel les Khmers rouges avaient confié l,équipage du Mayaguez en vue de sa restitution. L'objectif poursuivi par Washington étant atteint, il convenait à présent d'évacuer les forces débarquées à Koh Tang. Pour y parvenir, il fallait renforcer suffisamment les éléments présents sur la plage occidentale afin de secourir par la voie terrestre les hommes qui combattaient sur le rivage oriental de l'île.

 

Débarquement des Marines sur l'ile de Kho Tang


Les renforts à pied d'œuvre

Une première tentative en ce sens se heurta au feu dense et précis des Khmers, dont la pression sur les Marines s'accentuait au fil des heures. Presque à court de carburant, Knife 52 encaissa plusieurs coups et dut regagner sa base sans avoir pu décharger les hommes qu'il transportait sur la tête de pont orientale. Knife 52, Jolly 11, Jolly 12 et Jolly 43 eurent plus de chance sur la rive occidentale, où ils mirent à terre cent huit combattants, multipliant d'un seul coup par deux le nombre d'Américains présents à Koh Tang. Dans l'intervalle, les Marines isolés un peu plus au sud avaient opéré leur jonction avec ceux de la rive ouest, consolidant ainsi l'ensemble de la position américaine. La résistance qu'opposait l'ennemi risquant de rendre très coûteuse toute progression à travers la jungle jusqu'à la plage orientale, le commandement américain décida d'enlever les combattants qui s'y trouvaient par hélicoptère. Pour cela, les Marines de la tête de pont ouest devaient faire diversion, l'aviation étant chargée de la couverture de l'opération.

Malgré le largage de conteneurs de gaz paralysant sur les positions khmères par des A-7D, la tentative d'évacuation conduite par Jolly 11 et Jolly 43 échoua. Ce dernier, l'un de ses moteurs atteint, eut beaucoup de peine à rallier le porte-avions Coral Sea, qui se trouvait à environ 110 km de Koh Tang. Pour donner aux hélicoptères de plus grandes chances de réussite, l'US Air Force jeta au combat deux North American OV-10A du 23rd Tactical Air Support Squadron, dont la mission consista à marquer les objectifs impartis aux A-7D, F-4E et AC-130E. En dépit de ce déploiement de moyens nouveaux et bien que plusieurs positions ennemies eussent été réduites au silence par les avions d'attaque et le Wilson, la situation était tout aussi critique à la fin de la journée.

 

OV-10A Bronco


Rembarquement réussi

Les Marines de la tête de pont occidentale avaient parcouru la moitié du chemin qui les séparait de leurs camarades de la rive orientale quand les responsables de l'opération, conscients de l'impossibilité de réaliser la jonction avant la tombée de la nuit, prirent la résolution d'évacuer la plage est par la voie des airs. Cette mission difficile fut confiée à Jolly 11, Jolly 12 et Knife 51, un appui aérien massif étant fourni par un C-130E, qui devait larguer 7 t de bombes à dépression sur les lignes khmères, et par des avions tactiques et des machines de transport armées. Soutenus par les tirs du Wilson, les hélicoptères parvinrent en fin de compte à embarquer les vingt-cinq hommes isolés sur le rivage est et à les transporter jusqu'au Coral Sea, où ils reçurent les meilleurs soins. Au cours d'une reconnaissance destinée à repérer d'éventuels survivants autour de l'épave de Knife 23, Jolly 12 encaissa plusieurs coups qui l'obligèrent à regagner son porte-avions. Il ne restait plus aux trois voilures tournantes encore disponibles (Knife 51, Jolly 43 et Jolly 44) qu'à récupérer, avant la tombée de la nuit, les Marines de la plage occidentale.

Le courage des équipages de ces hélicoptères, la discipline des hommes qui combattaient dans la tête de pont, la précision des attaques menées par les AC-130H, qui opéraient à 50 m des lignes amies, et les risques pris par les pilotes des OV-10A Bronco réduisirent à néant les espoirs des Khmers d'anéantir la petite force américaine de Koh Tang au cours de la nuit. Ayant embarqué leurs premiers passagers, Knife 51 et Jolly 43 prirent la direction du Coral Sea, tandis que Jolly 44, qui ne pouvait voler en charge normale, débarquait les siens sur la petite plate-forme d'atterrissage du Holt. Revenant rapidement vers l'île, cette voilure tournante prit à son bord quarante-quatre autres Marines, Knife 51 évacuant les vingt-neuf derniers quelques minutes plus tard. Chargés de combattants épuises ou blessés, les deux appareils parvinrent sans encombre au Coral Sea. A cette heure, l'équipage du Mayaguez était en sécurité.

L'opération sur Koh Tang avait donc réussi, et, le 15 mai, à 9 h 45, heure de Washington (14 h 55 GMT), le président Ford fut informé que tous les Marines avaient quitté l'île, sur laquelle s'étaient déroulés des combats meurtriers. Bien qu'elle eût été conduite dans un contexte difficile pour les Etats-Unis, en pleine évacuation du Cambodge et du Viêtnam (la ville de Saigon était tombée, en effet, le 30 avril précédent entre les mains du Viêt-cong et des Nord-Vietnamiens), 1'action sur cette île mit un peu de baume au coeur d'une opinion américaine traumatisée par la défaite de son pays dans le Sud-Est asiatique.

 

 

A l'occasion des opérations de sauvetage des membres d'équipage du Mayaguez, de nombreux hommes recevront de très hautes distinctions. L'un d'entre eux, le 2Lt James V Mc Daniel recevra la Navy Cross. Quatre hommes recevront l'Air Force Cross, les dernières attribuées à l'occasion d'opération dans le Sud Est Asiatique : 1st Lt. Donald R. Backlund, 1st Lt. Richard C. Brim, SSgt. John D. Harston, and Capt. Rowland W. Purser et 9 recevront la Silver Star.

 

McDANIEL, JAMES V.


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting the Navy Cross to James V. McDaniel, Second Lieutenant, U.S. Marine Corps, for extraordinary heroism on 15 May 1975 as Platoon Commander, First Platoon, Company G, Second Battalion, Ninth Marines, THIRD Marine Division (Reinforced), Fleet Marine Force, while engaged in the recovery of S.S. MAYAGUEZ which had been seized in the Gulf of Thailand by units of the Cambodian Navy. Landing on Koh Tang Island in the first helicopter of the initial assault wave, Second Lieutenant McDaniel's helicopter team immediately came under intense enemy fire. Quickly organizing his small force, he attacked inland, securing a landing zone for subsequent waves. Given the mission of neutralizing an enemy automatic-weapons position, he organized an eight-man patrol. After moving thirty meters through dense undergrowth, the patrol came under a fierce enemy attack, instantly killing his point man and wounding five out of the eight Marines, including Second Lieutenant McDaniel. Painfully wounded and with complete disregard for his own safety, he moved to the front of his patrol, aiding the wounded Marines and directing fire into the enemy. Although in pain from multiple fragmentation wounds and under intense enemy fire, he personally carried two wounded Marines back to friendly lines. Only after ensuring that the wounded Marines were being treated did he accept medical aid and then immediately returned to his Platoon where he directed the defense in his area, routinely exposing himself to enemy fire for the remainder of the day. As the extraction of the Marine force began, he remained in the landing zone, personally ensuring all members of his Platoon were extracted. By his daring actions, inspiring leadership, and undaunted courage in the face of grave danger, Second Lieutenant McDaniel upheld the highest traditions of the Marine Corps and the United States Naval Service.

Authority: Navy Department Board of Decorations and Medals

 

Le 1st Lt. Donald R. Backlund commenca la journée en déposant un contingent de Marines du Destroyer Holt chargé de reprendre le Mayaguez. Il déposa ensuite le reste des Marines sur la plage de Kho Tang sous un feu nourri. En début d'après-midi, il escorte un HH-53 endommagé vers le Coral Sea et retourne à Kho Tang pour récupérer plusieurs blessés parmi lesquels des membres d'équipage des hélicoptères abattus. Il effectuera ses missions jusqu'au retrait de tous les Marines, sous un feu constant devant même faire face à une attaque à la grenade.

BACKLUND, DONALD R.


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting the Air Force Cross to Donald R. Backlund, First Lieutenant, U.S. Air Force, for extraordinary heroism in military operations against an opposing armed force as a Helicopter Aircraft Commander of an HH-53 Helicopter of the 40th Aerospace Rescue and Recovery Squadron, Nakhon Phanom Royal Thai Air Base, Thailand, SEVENTH Air Force, in action on 15 May 1975 at Koh Tang Island, Cambodia. On that date, while engaged in the recovery of the S.S. MAYAGUEZ and crew, Lieutenant Backlund, exhibiting superb airmanship, placed a contingent of United States Marines aboard the destroyer escort, U.S.S. Holt. He then successfully landed several United States Marines on Koh Tang Island despite intense ground fire. After escorting his wingman to the U.S.S. Coral Sea, Lieutenant Backlund then returned to Koh Tang Island and successfully recovered a group of United States Marines and airmen although encountering heavy, consistent ground fire. Through his extraordinary heroism, superb airmanship, and aggressiveness in the face of hostile forces, Lieutenant Backlund reflected the highest credit upon himself and the United States Air Force.

Special Orders GB-583, 7/14/1975, USAF

Personal Awards: Air Force Cross (S.S. Mayaguez Incident), Meritorious Service Medal, 2@ Air Medals, Air Force Commendation Medal

 

Le 1st Lt. Richard C. Brim pilota son hélicoptère en essuyant un flot permanent de tirs automatiques et déposa un groupe de Marines sur l'ile de Kho Tang. Il gadra courageusement sa position alors que les tirs ennemis travaersaient la carlingue de son appareil afin de permettre le ré-embarquement de 4 Marines blessés. Plus tard dans la journée, il évacuera d'autres blessés, toujours sous le feu de l'ennemi.

BRIMS, RICHARD C.


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting the Air Force Cross to Richard C. Brims, First Lieutenant, U.S. Air Force, for extraordinary heroism in military operations against an opposing armed force as an HH-53 Helicopter Aircraft Commander of the 21st Special Operations Squadron, Nakhon Phanom Royal Thai Air Base, Thailand, SEVENTH Air Force, in action on 15 May 1975, at Koh Tang Island, Cambodia. On that date, while engaged in the recovery of the S.S. MAYAGUEZ and crew, Lieutenant Brims successfully landed United States Marines on Koh Tang Island despite overwhelming ground fire. Prior to leaving the island, Lieutenant Brims held his position against heavy ground fire and managed to extract five seriously wounded Marines. He then twice flew his aircraft into intense ground fire, successfully removing remaining groups of United States Marines. Through his extraordinary heroism, superb airmanship, and aggressiveness in the face of hostile forces, Lieutenant Brims reflected the highest credit upon himself and the United States Air Force.

Special Orders GB-583, 7/14/1975, USAF

Personal Awards: Air Force Cross (S.S. Mayaguez Incident), @ Meritorious Service Medals, 2@ Air Medals, Joint Service Commendation Medal, 2@ Air Force Commendation Medals

 

Le SSgt. John D. Harston était mécanicien de bord sur un CH-53 qui faisait partie de la première vague d'assaut. Son appareil est touché et s'écrase en flamme. Bien que blessé, Harston porta secours à 3 survivants toujours présent dans l'hélicoptère et leur offrit un tir de couverture pendant que les hommes s'éloignaient à la nage. Il retourna ensuite dans l'épage du CH-53 et porta secours à un autre Marines et s'empara de 2 gilets de sauvetage avant d'être récupéré par un destroyer 3 heures plus tard.

HARSTON, JON D.


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting the Air Force Cross to Jon D. Harston, Staff Sergeant, U.S. Air Force, for extraordinary heroism in military operations against an opposing armed force as a Helicopter Flight Mechanic on board a CH-53 helicopter of the 21st Special Operations Squadron, Nakhon Phanom Royal Thai Air Base, Thailand, SEVENTH Air Force, in action on 15 May 1975, at Koh Tang Island, Cambodia. On that date, while engaged in the rescue of the crew and recovery of the SS Mayaguez, Staff Sergeant Harston's helicopter encountered extremely heavy hostile fire and crashed at the shoreline of Koh Tang Island. Although wounded in the leg, Sergeant Harston reentered the burning aircraft and led three Marines to safety. As the survivors of the crash swam away from the beach, Sergeant Harston provided covering fire. He returned to the wrecked helicopter again to pull out another wounded Marine. He then kept himself and two wounded Marines afloat with his damaged life preserver until they were rescued by a navy destroyer approximately three hours later. Through his extraordinary heroism and willpower, in the face of the enemy, Staff Sergeant Harston reflected the highest credit upon himself and the United States Air Force.

Special Orders GB-583, 7/14/1975, USAF

Born: July 1948 at Newport News, Virginia
Home Town: Newport News, Virginia

 

Le Capt. Rowland W. Purser déposa 29 Marines sur l'ile après avoir échoué à la première tentative. De retour à U-Tapao, il récupéra un autre groupe de Marines et retourna à Kho Tang. Alors qu'il évacue des blessés, son hélicoptère est sérieusement endommagé par des tirs ennemis. Il retourne alors jusqu'au Coral Sea, aide à réaliser des réparations temporaires et retourne sur l'ile pour y récupérer 54 Marines afin de les ramener sur l'USS Coral Sea avec un moteur hors d'usage.

PURSER, ROWLAND W.


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting the Air Force Cross to Rowland W. Purser, Captain, U.S. Air Force, for extraordinary heroism in military operations against an opposing armed force as an HH-53 Helicopter Pilot of the 40th Aerospace Rescue and Recovery Squadron, Nakhon Phanom Royal Thai Air Base, Thailand, SEVENTH Air Force, in action on 15 May 1975 at Koh Tang Island, Cambodia. On that date, Captain Purser made two tries under heavy fire before landing 29 Marines on the island. He picked up another group of Marines in Thailand and returned to Koh Tang Island. In the evacuation of the Marines fro Koh Tang Island, Captain Purser's helicopter was severely damaged and he had to return to the U.S.S. Coral Sea, which was nearby. Getting his helicopter repaired, he returned to the island to pick up 54 Marines and return them safely to the Coral Sea. Through his extraordinary heroism, superb airmanship, and aggressiveness in the face of hostile forces, Captain Purser reflected the highest credit upon himself and the United States Air Force.

Special Orders GB-583, 7/14/1975, USAF

 

BATESON, THOMAS J. (USAF)


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting the Silver Star Medal to Thomas J. Bateson, Sergeant, U.S. Air Force, for Sergeant Thomas J. Bateson distinguished himself by gallantry in connection with military operations against an opposing armed force on Koh Tang Island in the Gulf of Thailand on 15 May 1975. On that date, Sergeant Bateson was the Pararescue Specialist of a helicopter crew which on two separate missions delivered a contingent of United States Marines to the island in spite of heavy and constant hostile ground fire. Later on the same day while attempting to remove an isolated Marine force, the aircraft received additional damage, was forced to withdraw and make a single engine landing on the aircraft carrier U.S.S. Coral Sea. After emergency repairs were accomplished, the aircraft returned to the island and still facing intensive ground fire and with the added hazard of total darkness made a successful removal of ground crew forces. This courageous action aided in the recovery of the S.S. MAYAGUEZ and its crew. By his gallantry and devotion to duty, Sergeant Bateson has reflected great credit upon himself and the United States Air Force.

 

ELDRIDGE, JOHN J. (USAF) (Second Award)


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting a Bronze Oak Leaf Cluster in lieu of a Second Award of the Silver Star Medal to John J. Eldridge, Master Sergeant, U.S. Air Force, for gallantry in connection with military operations against an opposing armed force on Koh Tang Island in the Gulf of Thailand on 15 May 1975. On that date, Sergeant Eldridge was the Pararescue Specialist of a HH-53C helicopter which flew three sorties spanning more than fourteen hours. Sergeant Eldridge and fellow crew members placed United States Marines aboard the destroyer escort U.S.S. HOLT and then escorted a damaged aircraft to friendly territory where they recovered its contingent of the United States Marines. They then delivered a contingent of United States Marines to the island despite intensive hostile ground fire. They remained close to the island and provided protective fire for another aircraft and escorted it to safety. Later in the day, they returned to the island and again braved heavy hostile fire to successfully remove a group of United States personnel. This courageous action aided in the recovery of the S.S. MAYAGUEZ and its crew. By his gallantry and devotion to duty, Sergeant Eldridge has reflected great credit upon himself and the United States Air Force.

 

MARX, BRAD E. (USAF)


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting the Silver Star Medal to Brad E. Marx, Airman First Class, U.S. Air Force, for gallantry in connection with military operations against an opposing armed force on Koh Tang Island in the Gulf of Thailand on 15 May 1975. On that date, Airman Marx was the Pararescue Specialist of a CH-53 helicopter which flew three sorties spanning more than fourteen hours. Airman Marx and fellow crew members placed United States Marines aboard the destroyer escort U.S.S. HOLT and then escorted a damaged aircraft to friendly territory where they recovered its contingent of United States Marines. They then delivered a contingent of United States Marines to the island despite intensive hostile ground fire. They remained close to the island and provided protective fire for another aircraft and escorted it to safety. Later in the day, they returned to the island and again braved heavy hostile fire to successfully remove a group of United States personnel. This courageous action aided in the recovery of the S.S. MAYAGUEZ and its crew. By his gallantry and devotion to duty, Airman Marx has reflected great credit upon himself and the United States Air Force.

 

STANALAND, JOSEPH S. (USAF) (Second Award)


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting a Bronze Oak Leaf Cluster in lieu of a Second Award of the Silver Star Medal to Joseph S. Stanaland, Staff Sergeant, U.S. Air Force, for gallantry in connection with military operations against an opposing armed force on Koh Tang Island in the Gulf of Thailand on 15 May 1975. On that date, Sergeant Stanaland was the Pararescue Specialist of a HH-53C helicopter which flew three sorties spanning more than fourteen hours. Sergeant Stanaland and fellow crew members placed United States Marines aboard the destroyer escort U.S.S. HOLT and then escorted a damaged aircraft to friendly territory where they recovered its contingent of United States Marines. They then delivered a contingent of United States Marines to the island despite intensive hostile fire. They remained close to the island and provided protective fire for another aircraft and escorted it to safety. Later in the day, they returned to the island and again braved heavy hostile fire to successfully remove a group of United States personnel. This courageous action aided in the recovery of the S.S. MAYAGUEZ and its crew. By his gallantry and devotion to duty, Sergeant Stanaland has reflected great credit upon himself and the United States Air Force.

 

AUSTIN, RANDALL W. (USMC)


Citation

The President of the United States takes pleasure in presenting the Silver Star Medal to Randall W. Austin (0-75337), Lieutenant Colonel, U.S. Marine Corps, for conspicuous gallantry and intrepidity in action on 15 May 1975 as Commanding Officer of the Second Battalion, Ninth Marines while engaged in the recovery of S.S. MAYAGUEZ which had been seized in the Gulf of Thailand by units of the Cambodian Navy. By his daring actions, resolute determination, and inspiring leadership, Lieutenant Colonel Austin reflected great credit upon himself, the Marine Corps, and the United States Naval Service.

Home Town: Glenside, Pennsylvania

 

EUSTIS, MICHAEL S. (USMC)


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting the Silver Star Medal to Michael S. Eustis, First Lieutenant, U.S. Marine Corps, for conspicuous gallantry and intrepidity in action on 15 May 1975 as the Artillery Liaison Officer with Battalion Landing Team, Second Battalion, Ninth Marines while engaged in the recovery of S.S. MAYAGUEZ which had been seized in the Gulf of Thailand by units of the Cambodian Navy. While participating in the assault operation of Koh Tang Island, the helicopter in which First Lieutenant Eustis was riding was hit by a heavy volume of enemy fire and crashed into the shallow water just off the beach. As the burning wreckage lay in the water, First Lieutenant Eustis began evacuating the trapped team from the aircraft until it exploded and threw him into the water. Recovering quickly, he noticed the severely wounded pilot struggling to escape the still burning helicopter. Although wounded himself, First Lieutenant Eustis came to the pilot's aid and pulled him away from the burning wreckage and the ground fire coming from the island. Sensing the anger of their position under the intense enemy fire and with only two life preservers available for the nine survivors, he made a float with his trousers and assisted others in doing the same. This allowed the party to clear the danger zone and kept them afloat for three and a half hours until their rescue. By his daring actions, resolute determination, and inspiring leadership, First Lieutenant Eustis instilled the will to survive in the others; thereby reflecting great credit upon himself, the Marine Corps, and the United States Naval Service.

 

TONKIN, TERRY L. (USMC)


Citation:

The President of the United States takes pleasure in presenting the Silver Star Medal to Terry L. Tonkin, First Lieutenant, U.S. Marine Corps, for conspicuous gallantry and intrepidity in action on 15 May 1975 as the Forward Air Controller with Battalion Landing Team, Second Battalion, Ninth Marines while engaged in the recovery of S.S. MAYAGUEZ which had been seized in the Gulf of Thailand by units of the Cambodian Navy. While participating in the assault operation of Koh Tang Island, the helicopter in which First Lieutenant Tonkin was riding was hit by a heavy volume of enemy fire and crashed into the shallow water just off the beach. By his daring actions and resolute determination First Lieutenant Tonkin instilled the will to survive in the others; thereby reflecting great credit upon himself, the Marine Corps, and the United States Naval Service.

 

Au total 18 Marines et membres d'équipages seront tués dans l'opération, 23 autres se tuant dans le crash d'un hélicoptère


 

Remorquage du Mayaguez

 

 

Sources :

http://www.homeofheroes.com/valor2/SS/6_PostRVN/03_mayaguez.html
Avions de guerre numéro 69 ; le combat aérien aujourd'hui : Editions Atlas 1988

 

<<< Chapitre précédent     

 

 

 

 

 

 


Cieldegloire.com