DOOLITTLE James
DOOLITTLE James

 

 

 



Né le 14 décembre 1896 à Alameda en Californie
Décédé le 27 septembre 1993 (97 ans)

 

 

 

Général

Aucune victoire homologuée


 



Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Asp
11/03/18
USAAC 1917 1940 Pilote USA
Lt
07/20
USAAF 1940 1941 Pilote Europe
Cpt
USAAF 1942 07/42 Pilote Raid Tokyo
Mj
8 AF 07/42 09/42 Etat Major Afrique du Nord
L.Col
02/01/42
12 AF 09/42 03/43 Commandant Afrique du Nord. Italie
Général
1942
15 AF 03/43 01/44 Commandant Italie
   
8 AF 01/44 05/45 Commandant Europe

 

 

L'HOMME aux RECCORDS :

     4 septembre 1922

Premier raid transcontinental de Pablo beach (Floride) à San Diego (Californie) en 21 heures et 19 minutes

     1925

Remporte la la Schneider Cup Race

     1928

Participe à la mise au point de l'horizon artificiel et d'autres appareils de navigation

     24 septembre 1929

Premier vol "en aveugle" de l'histoire : reçoit le Harmon Trophy
  Remporte la Bendix Trophy Race de Burbank à Cleveland et la Thompson Trophy Race
   

James Doolittle voit le jour sous le soleil de Californie, à Alameda, le 14 décembre 1896. Au tournant du siècle, ce fils de charpentier déménage avec sa famille pour s'installer dans le camp de chercheurs d'or de Nome en Alaska. C'est dans cette nature sauvage qu'il grandit et se forge un caractère d'aventurier et de casse-cou. De retour en Californie, il fait ses études au Los Angeles Junior College avant de s'inscrire à l'école des mines de Californie. Son ambition était de devenir ingénieur et de travailler dans des exploitations minières de l'Ouest américain. Mais, entre temps, il a découvert l'aviation qui le passionne au plus haut point. De 1910 à 1912, il travaille à la construction de son propre planeur, s'appuyant sur des plans fournis par un magazine.

En 1917, année de l'entrée en guerre des USA, Doolittle met un terme à ses études d'ingénieur et s'enrôle dans le Signal Corps Reserve comme cadet. Il suit des cours au sein de l'école d'aéronautique militaire ainsi que sur le terrain de Rockwell en Californie.

Le 11 mars 1918, il est nommé aspirant. James Doolittle quitte la côte Ouest et part pour le Texas afin de rejoindre son affectation. Bien que s'étant porté volontaire pour aller se battre en Europe, notre homme ne quitte pas le territoire des Etats-Unis. Souvent muté, Doolittle est successivement basé dans l'Ohio, puis en Louisiane avant de retourner en Californie. En 1919, il sert comme instructeur de tir avant de boucler à nouveau ses malles et de repartir au Texas. Il vole au sein du 104th Squadron puis dans les rangs du 90th Squadron. Les opérations se limitent à des patrouilles le long de la frontière américano-mexicaine ainsi qu'à des vols d'entraînement. Le 1 juillet 1920, il est promu au grade de lieutenant et part suivre des cours de perfectionnement dans l'Ohio.

Le 4 septembre 1922, James Doolittle commence à se faire connaître et remarquer. Pilotant un de Havilland DH-4B de l'US Army Air Service spécialement équipé avec des instruments de navigation, il se lance pour défi de traverser les USA en moins de 24 heures depuis la côte Est jusqu'à la côte Ouest. Le raid transcontinental, le premier du genre dans ces conditions, est un succès ! Décollant de Pablo Beach en Floride, James Doolittle se pose à San Diego (Californie) après un vol de 21 heures et 19 minutes. L'exploit est de taille, ce qui vaut au jeune lieutenant de recevoir la Distinguished Flying Cross des mains de ses supérieurs.

 

 

En juillet 1923, "Jimmy" entre au Massachusetts Institute of Technology, le célèbre MIT, afin d'y suivre des cours d'ingénieur en aéronautique. Il sera diplômé en 1924 et obtiendra en 1925 le premier titre américain de docteur en aéronautique. Tout au long de sa vie notre homme entretiendra des relations privilégiées avec le MIT et participera activement aux nombreuses recherches menées par le College. Parallèlement, James Doolittle poursuit sa carrière dans l'armée. Il dirige des tests sur l'accélération des avions à Mc Cook field en 1924. En juin 1925, il est affecté à la base aéronavale de Washington DC et travaille sur les hydravions rapides. Il tente régulièrement de battre des records de vitesse. Doolitle est engagé dans la Schneider Cup Race, une course d'hydravions, qu'il gagne en 1925 aux commandes d'un appareil produit par Curtiss. L'année suivante, il obtient de la part de l'armée un congé pour participer à une tournée en Amérique du Sud. En avril 1926, au Chili, il se brise les deux chevilles. Cela ne l'empêche pas le lendemain de participer au meeting aux commandes de son biplan Curtiss P-1 "Hawk". Doolittle est finalement rapatrié par avion sanitaire aux Etats-Unis, où il est hospitalisé, les deux chevilles dans le plâtre.

 

 

Il reste au Walter Reed Hospital de Washington DC jusqu'en avril 1927 afin d'y suivre une longue et pénible rééducation. A sa sortie, il rejoint le terrain militaire de Mc Cook. Sur place, il poursuit ses travaux et ses recherches, tout en participant à l'instruction de pilotes de bombardiers réservistes. En septembre 1928, avec le Guggenheim Full Flight Laboratory, il travaille sur les équipements et instruments de vol par mauvaise visibilité. Il participe à la mise au point de l'horizon artificiel et d'autres appareils de navigation. Joignant la théorie à la pratique, Doolittle teste lui-même ces équipements et réalise le 24 septembre 1929 le premier vol "en aveugle" de l'histoire à bord d'un Consolidated NY-2. L'expérience est concluante, le pilote et l'appareil sont sains et saufs. Avec des équipements adéquats, les avions pourront désormais voler par relatif mauvais temps ou même dans l'obscurité. La presse américaine, toujours friande de héros, s'empare de la nouvelle et médiatise James Doolittle qui n'a que 33 ans. En récompense de ses travaux, notre homme reçoit le Harmon Trophy. Doolittle est bel et bien reconnu comme étant un véritable pionnier de l'aviation.

En janvier 1930, James Doolittle est nommé conseiller par l'armée pour la construction de l'aérodrome Floyd Bennett de New-York. Le 15 février de la même année, notre homme décide de quitter les forces armées et d'entamer une carrière civile. Nommé major dans le Specialist Reserve Corps, Doolittle rejoint la très puissante Shell Oil Company où il occupe le poste de directeur du département aéronautique et celui de vice-président. Il travaille notamment sur la mise au point de carburants pour les avions. Cette activité le conduit régulièrement à voler afin de procéder à des tests et des évaluations. Toujours passionné par les courses, le pilote remporte la Bendix Trophy Race de Burbank à Cleveland. Il enlève aussi la Thompson Trophy Race à bord d'un Gee Bee R-1. Ces succès renforcent encore un peu plus son image de pilote talentueux et aussi de héros. En avril 1934, "Jimmy" devient membre du bureau militaire chargé de l'organisation de l'US Air Corps.

En 1940, Doolittle accède à la charge de président de l'institut des sciences aéronautiques. Alors que les armées du IIIe Reich déferlent sur les nations européennes, le président Roosevelt et les Etats-Unis commencent à envisager l'entrée en guerre. Le 1 juillet 1940, James Doolittle est rappelé au service actif et est chargé d'évaluer les capacités de production d'appareils de combat. Affecté dans l'Indiana puis dans le Michigan, il travaille de concert avec les firmes automobiles. Il écume usines et sites de production afin de prodiguer des conseils pour transformer les chaînes de montage d'automobiles en ateliers aéronautiques. Dès le mois d'août 1940, il s'envole pour la Grande-Bretagne en mission spéciale d'observation afin de bénéficier de l'expérience des constructeurs aéronautiques britanniques.

En décembre 1941, l'attaque de Pearl Harbor fait basculer l'Amérique dans la guerre. Promu lieutenant-colonel le 2 janvier 1942, James "Jimmy" Doolittle est convoqué au quartier général de l'Army Air Force afin de planifier le premier raid aérien au dessus du "sanctuaire national" japonais. Militairement peu efficient, ce raid doit avant tout redonner le moral à l'Amérique et prouver aux yeux du monde que le Japon n'est pas intouchable. Doolittle se porte volontaire pour mener à bien le raid. Il reçoit l'accord du général H.H. Arnold et celui de l'amiral King. Le 18 avril 1942, seize bombardiers moyens B-25B, allégés d'un maximum de leurs équipements, s'élancent l'un derrière l'autre et décollent difficilement du pont du porte-avions USS Hornet (CV-8) commandé par Mitscher. Les cibles ? Des sites industriels nippons à Tokyo, Kobe, Osaka et Nagoya. Le vol est sans retour, les équipages le savent, il devront, si tout va bien, sauter en parachute au dessus de la Chine. Comme ses hommes, Doolittle saute. Il atterrit près de Chu Chow dans une rizière chinoise.

 

 

La nouvelle de l'attaque booste le moral américain et celui des alliés. James Doolittle, promu général, reçoit la médaille d'honneur des mains du président Roosevelt. La cérémonie a lieu à la Maison Blanche. James Doolittle est traité en héros national ! Il accumule les décorations et est aussi récompensé par les Anglais, les Français Libres, les Belges, les Polonais, les Chinois, etc.

En juillet 1942, notre homme embarque pour le théâtre d'opérations d'Europe-Afrique. Affecté à la 8th Air Force, il devient le patron de la 12nd Air Force en septembre 1942. Les escadrilles de Doolittle sont engagées en Afrique du Nord contre les forces axistes. Sur place, il retrouve un très vieil ami, californien comme lui, le général George Smith Jr Patton. Il commande ensuite la 15th Air Force de mars 1943 à janvier 1944, avant de prendre la tête de la célèbre "mighty" 8th Air Force qui bombarde massivement, jours après jour, le territoire du IIIe Reich. En 1945, alors que l'Allemagne nazie vient de capituler, Doolittle et sa 8th Air Force partent pour le théâtre d'opérations du Pacifique mais le Japon capitule à son tour.

Honoré par les Etats-Unis comme par l'ensemble des nations alliées, "Jimmy" Doolittle quitte l'armée en mai 1946 et retrouve son poste de vice-président à la Shell Oil Company. Parallèlement, il fait partie du National Advisory Committee for Aeronautics de 1948 à 1958 et du President's Science Advisory Committee. Ce dernier organisme regroupe des conseillers scientifiques rattachés à la Maison Blanche. Il part à la retraite en 1959, toute en restant particulièrement actif dans le domaine du développement de l'aviation, où ses avis restent précieux et fort appréciés. Il est aussi membre de plusieurs conseils consultatifs fédéraux traitant principalement de la sécurité national américaine.

Honoré une dernière fois par le président Ronald Reagan en 1985, James Doolittle s'éteint le 27 septembre 1993, à l'âge de 96 ans, à son domicile de Pebble Beach (Santa Monica) en Californie. Il laisse derrière lui ses deux fils, James H. Jr et John P, tous deux officiers de l'US Air Force. Le général Doolittle est inhumé au cimetière national d'Arlington, où il repose au côté de son épouse, Josephine Doolittle née Daniels (1895-1988). L'extraordinaire carrière de "Jimmy" Doolittle est racontée dans l'ouvrage de Quentin Reynolds, "The Amazing Mr. Doolittle". Un film, "Thirty Seconds Over Tokyo", est aussi consacré au héros du "Tokyo Raid" ainsi qu'au raid lui-même.

 

 


 

    

 


Sources

STARS & BARS - Frank Olynyk - Grub Street Editions
http://www.1939-45.org/bios/doolittle.htm
http://www.arlingtoncemetery.net/jdoolitt.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Jimmy_Doolittle
http://www.geocities.com/CapeCanaveral/lab/4515/doolittle.htm
http://www.airpower.maxwell.af.mil/airchronicles/cc/doo.html
http://www.af.mil/news/story.asp?storyID=123022743
http://www.earlyaviators.com/edooljim.htm





Général James Harold Doolittle

 

 






Medal of Honor

Distinguished Service Medal
Silver Star
Distinguished Flying Cross (2 oak Leaf Clusters)
Bronze Star

Air Medal (3 oak Leaf Clusters)

 

Medal of Freedom

 

 


Victoires aériennes

Victoires  
o
.
o
  Collaboration
Probables  
o
.
o
  Collaboration
Non confirmées  
o
.
o
  Collaboration
Endommagés  
o
.
o
  Collaboration

Objectifs terrestres
.
Avions détruits au sol  
-
.
-
  Endommagés au sol
Blindés  
-
.
-
  Véhicules
Locomotives  
-
.
-
  Bateaux


VICTOIRES
Date Heure Revendic Type Unité Avion d'arme Unité Lieu   Référence
-
-


Sources

STARS & BARS - Frank Olynyk - Grub Street Editions





 

 

 

 

 

 


Cieldegloire.com