STARKE Robert
STARKE Robert

 





 


Né le 13 juin 1915 à Woerth (Bas-Rhin)
Tué au combat le 20 juin 1940 (Collision)

 

Sergent Chef

2 victoires homologuées
3 victoires en collaboration





Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Sgt
1936
 
Armée Air 1935 1936 Elève Pilote France
S/C
39/40
 
1ere Esc de Chasse 1936 08/38 Pilote France
     
GC I/1 08/38 06/40 Pilote France


Robert Starké est né le 13 juin 1915 à Woerth dans le Bas-Rhin. Il s'engage le 24 août 1935 comme élève pilote sur la base de Romilly. Une fois breveté, il rejoint le 15 mai 1936 la 1ere Escadrille de Chasse basée au Bourget puis à Villacoublay et enfin à Etampes le 20 octobre de la même année. Le 24 août 1938, après avoir signé un nouvel engagement , le Sergent Starké est affecté à la 2eme Escadrille du GC I/1, une unité qui à la date de déclaration de guerre de la France à l'Allemagne, le 3 septembre 1939, se trouve à Chantilly et vole sur Dewoitine 510, totalement dépassé. En octobre 1939, le Groupe perçoit des Bloch MB 152 à moteur 14 N-25 qu'il échange fin avril contre des appareils à moteur 14 N-49 plus puissant. Au cours de la "Drôle de Guerre", le Sergent Starké est promu au grade de Sergent-Chef.

 

CAMPAGNE DE FRANCE

 

12 mai 1940. Le GC I/1 détache vingt pilotes sur le terrain de Couvron, près de Laon, de façon à pouvoir intervenir au-dessus de la Belgique. Le journal de marche de la Spa 48 en donne un compte-rendu : "A midi une patrouille double de l'escadrille part au nord de Namur faire une couverture à 2500 m. Le Commandant Saviche part comme patrouilleur avec le Capitaine Garde dans la patrouille guide. C'est la première mission sur les lignes car les Boches sont à la Meuse. La mission se passe bien et à 13 h 15, heure de fin de mission nous sommes dans la partie Nord du secteur et nous rentrons, les 2 patrouilles simples sont de front et légèrement étagées. 13 h18 le Lieutenant Schmidt vire brutalement à gauche, les Me 109 sont là et ratent la patrouille d'accompagnement. D'autres seringuent la patrouille guide. Notre première bagarre est engage et au bout de 2 minutes chacun se retrouve seul dans son coin de ciel, après avoir tiré un fritz sans résultat net. Peu à peu les avions se rassemblent, d'abord le Capitaine et le Lt Michel, puis un 3eme, le Lt Schmidt, un 4eme, St-Ch Starké se traîne au ras des arbres et revient peu à peu. Jusque très loin chez nous nous surveillons l'arrière, et puis nous atterrissons à Couvron. L'avion de Starké nous cause une petite émotion, quelques 30 balles et 5 ou 6 obus, quelle passoire ! Un quart d'heure après le Commandant se pose, trois balles dans l'avion. Sans nouvelles de l'Adjudant-chef Levasseur, chacun espère qu'il s'est posé quelque port dans la Belgique non occupée. " En fait il faudra désincarcérer Starké, la verrière de son Bloch 152 n° 371 étant bloquée par les coups reçus... Heureusement qu'il n'a pas eu besoin de sauter en parachute ! Le Bloch restera à Couvron, non sans que le Commandant Soviche en prenne trois photos.

 

14 mai 1940

Le GC I/1 détache sept pilotes de la 2e Escadrille à Couvron, d'où ils effectueront trois missions totalisant quinze sorties. Couverture Dinant - Yvoir, 9 h 00 - 9 h 30, altitude 2 500 m. A quelques kilomètres du secteur, les six Français rencontrent dix-huit Bf 110, qu'ils contournent pour se placer dans le soleil avant de les attaquer. Le combat tournoyant durera onze minutes, avec un bilan de trois victoires sûres et une probable pour les Bloch au prix d'un avion perdu (pilote indemne). Pour sa part le Sergent-Chef Starké met en feu le moteur d'un Bf 110 mais, comme les autres, doit dégager avant de constater la chute de son adversaire qui lui sera cependant homologué. Le journal de marche, peu détaillé sur ce combat, précise : " Krol Starké Dubost qui se sont bien battus et ont des victoires probables pour la croix de guerre. " ll faut comprendre " croix de guerre probable " et non " victoires probables ".

16 mai 1940

Couverture de Paris, une patrouille simple. À 6 h 10 elle attaque un Do 17 sur lequel elle tire toutes ses munitions. Le journal de marche de la Spa 48 n'est pas très optimiste dans un premier temps : " Dès l'aube, une patrouille (Aaj ch. Delegoy. St-ch Starké. C Ch. Postolka) prend en chasse un Do 215 dans la région de Paris. Le Boche est sûrement touché, (empennage enlevé) une demande d'homologation est faite aussitôt, malheureusement le point de chute est très incertain... " Le commandant Besson du Centre de Renseignements de Paris permettra l'homologation aux trois pilotes en confirmant au GC I/1 la chute de l'empennage, puis l'atterrissage du Dornier entre Chelles et Gournaysur-Marne.

17 mai 1940

Couverture Maubeuge - Hirson - Etréaupont, une patrouille triple, 40 minutes à partir de 17 h 00. Un Hs 126 du I.(H)/14 pris à partie par la patrouille guide s'abat en flammes à 17 h 45 à cinq kilomètres au sud-ouest de Guise, en bordure de la route de Guise à Origny-Sainte-Benoîte. On peut lire le compte-rendu suivant dans le journal de marche de la Spa 48'. " Une patrouille double commandée par le Cne Garde, fait au cours de l'après-midi une interdiction de secteur dans la région de Maubeuge. La patrouille fusée (Cne Garde. S/C Starké, Sgt Dubost) fait une tenaille magnifique sur un Henschel 126 qui explose ou sol. La patrouille attaque ensuite 2 pelotons de 3 He 111 sans résultat. "

 

Bloc MB 152 du GC I/1

 

5 juin 1940

Destruction Saint-Quentin, une patrouille (triple ?). Starké attaque sept Bf 109 ayant pourtant l'avantage de l'altitude, sans résultat, puis il rejoint sa patrouille juste à temps pour dégager un Bloch. Le Bf 109 tiré par l'arrière à bout portant s'écrase en flammes à 14 h 30 vers Cuvilly. Le Sergent Leprovost qui a également obtenu une victoire sur un Bf 109 a noté " ... je me retrouve tout seul. Je rentre trouvant en chemin le Sgt Chef Starké " des Coqs " qui heureux comme un petit fou me fait de larges sourires. J'arrive à comprendre dans ses grimaces et ses gestes qu'il a eu aussi son boche. Plan dans plan à 600 km/h nous faisons un rase-rnottes impressionnant au-dessus du terrain et de la ville de Chantilly. Dislocation-acrobotie individuelle. Les camarades ou sol ont compris le sens de notre exhubérance et le Cdt Soviche au lieu de nous sermoner nous félicite... Le soir nous sablons en ville le champagne... "

15 juin 1940

Couverture des ponts de la Loire entre Orléans et Chateauneul quatre patrouilles. Un Hs 126 du 2.(H)/10 attaqué par le Capitaine Garde, le Sous-Lieutenant Pebrel et le Sergent-Chef Starké s'écrase à 11 h 06 dix kilomètres à l'est d'Orléans. L'équipage qui a sauté en parachute est capturé. Le GC I/1 a entamé son repli vers le sud dès le 6 juin, et après plusieurs étapes, stationne le 19 à Royan, d'où Starké effectuera ses derniers vols.

 

Le 20 juin, le Sergent-Chef Starké décolle sur alerte à 19 h 00 au sein d'une patrouille légère double qui attaque un He 111H-3 du 7./KG 1, le contraignant à se poser à Saujon vers 19 h 40. Starké, qui a décollé tardivement ne peut pas prendre part à l'action et survole l'appareil allemand lorsqu'il entre en collision avec l'appareil du Sous-Lieutenant Emmanuel Porodo du GC I/8. Si Porodo s'en sort en faisant usage de son parachute, Robert Starké est moins heureux, périssant carbonnisé à l'intérieur de son MB 152 (probablement le numéro 325).

 



 

NB : L'unité tactique de l'escadrille est la patrouille, laquelle peut-être organisée comme suit :

- Patrouille simple : 3 avions.
- Patrouille légère : 2 avions.
- Patrouille double : 6 avions (2 patrouilles simples).
- Patrouille double légère : 4 avions (2 patrouilles légères).
- Patrouille triple : 9 avions (3 patrouilles simples).
- Patrouille triple légère : 6 avions (3 patrouilles légères).

 

 


Traducteur / Translator / Traduttore / übersetzer / vertaler

 



Croix de guerre
 


 



 


Victoires aériennes

Victoires  
2
.
3
  Collaboration
Probables  
o
.
o
  Collaboration
Non confirmées  
o
.
o
  Collaboration
Endommagés  
o
.
o
  Collaboration

Objectifs terrestres
.
Avions détruits au sol  
-
.
-
  Endommagés au sol
Blindés  
-
.
-
  Véhicules
Locomotives  
-
.
-
  Bateaux

VICTOIRES
Date Heure Revendic Type Unité Avion d'arme Unité Lieu   Référence
14/05/40 09.00 09.30 Détruit Me 110
MB 152 GC I/1 Dinant (Belg)
1
(S/C) Starke Robert
16/05/40 06.10 Détruit Do 17
MB 152 GC I/1 Chelles (77)
-
2
-
(A/C) Delegay
(S/C) Starke Robert
(C/C) Postolka Henri
17/05/40 17.45 Détruit Hs 126
I.(H)/14 MB 152 GC I/1 Guise (02)
2
3
-
(Cpt) Garde George
(S/C) Starke Robert
(S/C) Dubost
05/06/40 14.30 Détruit Me 109
MB 152 GC I/1 Cuvilly (60)
4
(S/C) Starke Robert
15/06/40 11.06 Détruit Hs 126
2.(H)/10 MB 152 GC I/1 Orléans (45)
4
5
-
(Cpt) Garde George
(S/C) Starke Robert
(Slt) Pebrel


Sources

Avions Hors Série numéro 20 : Les As français de 1939 - 1940 : Première partie d'Accart à Lefol
Avions Hors Série numéro 25 : Les As français de 1939 - 1940 : Seconde partie de Le Gloan à Williame

 

   




 

 

 

 

 

 


Cieldegloire.com