HUBIDOS Paul
HUBIDOS Paul Alias Tamaris Paul

 

 


Né le 22 août 1917 à Saint Mandrier (Var)
Tué au combat le 8 mars 1943 (26 ans)

 

Sergent Chef

Aucune victoire homologuée





Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Sgt
1941
 
Armée Air 1939 07/40 Elève Pilote France
S/C
1942/43
 
RAF - OTU 07/40 09/40 Elève Pilote Grande Bretagne
 
Sq 340 1942 08/03/43 Pilote Grande Bretagne

Homme robuste, champion scolaire de lutte gréco-romaine, Paul Hubidos est d'une extrême gentillesse malgré sa taille imposante. Très attiré par l'aviation, il adhère à la section de l'aviation populaire de l'Aéro-club du Var, dès sa création ; Monsieur Nollet, pilote de chasse pendant la Première Guerre mondiale, en est alors le sympathique et efficace moniteur. Il s'engage dans l'Armée de l'Air dès le début des hostilités et passe d'abord par l'Ecole de Pilotage de Saint Etienne, suivie de celle de Bourges et de l'Ecole de Chasse n° 3 d'Avord, à partir de mars 1940. Fin mai 1940, il est dirigé vers la base de La Rochelle mais ne la rejoint pas. Devant l'avance des troupes Allemandes et refusant d'accepter la défaite, il décide de se rendre en Afrique du Nord Française avec quinze camarades où, espère-t-il, les conditions d'armistive ne s'appliqueront pas.

Tous se rendent à Bordeaux où, aidés par des militaires polonais, ils réussissent à embarquer sur le cargo Taberg affrété par le Gouvernement Britannique pour évacuer des militaires polonais. Arrivé à Casablanca, ils réalisent très vite que les conditions de l'armistice s'appliqnent aussi aux territoires d'outre-mer. Ils recherchent un moyen de rejoindre la Grande Bretagne, le seul pays encore en guerre contre l'Axe. Cette fois encore, aidés par des Polonais, ils embarquent sur l'Anadyr qui, après une escale à Gibraltar, arrive à Greenock en Ecosse.

Paul Hubidos et ses amis rallient les Forces aériennes françaises libres (FAFL) dès leur arrivée à Londres, le 5 juillet 1940. Après un court séjour sur la base RAF de Saint Athan, il est affecté à l'Ecole Franco-Belge d'Odiham où il recommence et surtout, à apprendre la langue anglaise, indispensable pour commencer le cycle de formation des écoles de la RAF. Il termine sa formation de pilote de chasse à l'Operationnel Traning Unit 59 de Crosby-on-Eden sur Hawker Hurricane puis est affecté au Groupe de Chasse 2 "Ile de France" / Squadron 340. sur Spitfire, à Turnhouse. Il suit cette unité lorsqu'elle rejoint le Group 11, dans le Sud Est de l'Angleterre d'où il effectue ses missions sur la France.

Le 8 mars 1943, de retour d'une mission d'escorte de B-24 Liberator qui attaquent Rouen, alors qu'il vole sur un Spitfire IX (BS312 / GW - F) à 35 000 pieds, ses camarades voient soudain l'avion du Sergent Chef Hubidos passer lentement sur le dos et partir en piqué incontrôlé, comme si le pilote avait une panne d'oxygène. L'appareil s'écrase à Saint-Sever (Grand-Quevilly), près de Rouen.

NB : La version de cette mission contenue dans le dossier individuel de Paul Hubidos indique que celui-ci aurait percuté une Forteresse Volante, etraînant la perte d'une aile du bombardier et la chûte des deux appareils. Les membres d'équipage du B-17 serait enterré aux côtés de la dépouille d'Hubidos. Des témoins auraient indiqué avoir entendu des tirs, laissant suposer, si l'on s'en tient à la version de la perte de conscience, qu'il aurait repris ses esprits et engagé le combat avec des appareils Allemands une fois arrivé à basse altitude.









Médaille de la Résistance



 

 


Victoires aériennes

Victoires  
o
.
o
  Collaboration
Probables  
o
.
o
  Collaboration
Non confirmées  
o
.
o
  Collaboration
Endommagés  
o
.
o
  Collaboration
Bombes volantes  
0
.
o
  Collaboration

Objectifs terrestres
.
Avions détruits au sol  
-
.
-
  Endommagés au sol
Blindés  
-
.
-
  Véhicules
Locomotives  
-
.
-
  Bateaux

VICTOIRES
Date Heure Revendic Type Unité Avion d'arme Unité Lieu   Référence
- - -
-
(-) -


Sources



Aviateurs de la Liberté - Mémorial des Forces Aériennes Françaises Libres - Colonel Henry LAFONT




 

 

 

 

 

 


Cieldegloire.com