BECQUET Emile
BECQUET Emile

 





 


Né le 8 juin 1914
Tué accidentellement le 12 juillet 1940

 

 

 

Adjudant

5 victoires en collaboration



 



Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Sgt
1936
 
Armée Air 1935 1936 Elève Pilote France
S/C
193?
 
GC II/1 1936 1937 Pilote France
Adj
1939
             
     
GC II/1 1939 1940 Pilote France


Emile Becquet est né le 8 juin 1914 à Le Derzeele, dans le Nord. Il exerce en qualité de mécanicien dans le civil lorsqu'il décide de s'engager le 15 octobre 1935 dans l'Armée de l'Air au titre du 3eme Bataillon de l'Air. Nommé Sergent, il est affecté le 1er septembre 1936 à la 4eme Escadrille du GC II/1 qui est basée à Etampes. Au cours de l'automne 1937, il effectue avec son Groupe une campagne de maneouvres de 3 mois en Afrique du Nord au terme de laquelle il est renvoyé à la vie civile. Il rejoint son escadrille avec le grade d'Adjudant lors de la mobilisation d'août 1939 et reprend sa place au GC II/1 qui se déplace à Buc. L'unité est encore équipée de Dewoitine 510, totalement dépassé. Sa mission principale consiste à couvrir la région Parisienne.

En octobre 1939, le Groupe effectue sa conversion sur Bloch MB 152. Equipé de la première version à moteur 14N-25, le Groupe change pour des appareils à moteur 14N-49 plus performant. Le changement s'opère à partir du 10 mai 1940, jour de l'attaque allemande à l'Ouest et ne peut être conduit en totalité, obligeant l'unité à voler sur les deux types d'appareil jusqu'à l'armistice

 

CAMPAGNE DE FRANCE

 

Jusqu'au 13 mai le GC II/1 effectue principalement des couvertures de la région parisienne, mais aussi parfois d'Orléans et Châteaudun, obtenant ses deux premières victoires. Le 14 mai onze pilotes, dont dix de la 4e escadrille, sont détachés à Couvron (près de Laon) pour opérer sur la Belgique. Le détachement subit de lourdes Pertes : le Cpt Coiral, chef d'escadrille est porté disparu, quatre autres pilotes sont blessés, un total de huit avions définitivement perdus pour huit victoires homologuées et une probable. Pour sa part l'adjudant Becquet participe à deux missions ce jour-là. Lors de la première, qui emmène à 10h 15 une patrouille triple sur Flize - Sedan, une avalanche de Bf 109 s'abat sur les pilotes déjà occupés avec des Ju 87 et un Hs 126 ; la patrouille simple que commande Becquet n'obtient aucune victoire mais le Lieutenant Matras rentre avec son Bloch hors service. La seconde mission, six pilotes du GC II/1 et trois du GC I/1, doit protéger en début d'après-midi un Potez 63-11 du Groupe de Reconnaissance II/52 sur Dinant - Ciney. Arrivé sur ce secteur, le dispositif rencontre une soixantaine de Bf 109 et surtout de Bf 110 avec lesquels le combat est inévitable. Si là encore l'Adjudant Becquet parvient à rentrer (en compagnie du Sous-Lieutenant Belland) les pilotes de sa patrouille ne sont plus que deux sur six ! Trois de leurs camarades (Lt Maurin, Sgt Brisou, Sgt Robert) sont blessés ; le dernier, posé à Maubeuge, rentrera un peu plus tard.

Le 18 mai le GC II/9, fraîchement équipé de Bloch 152 lui aussi, rejoint le GC II/1 sur la base de Buc. Renfort incomplet car les nouveaux arrivants ne possèdent pas d'échelon roulant ; les mécaniciens du GC II/1 devront donc s'occuper des avions du GC II/9 pas encore au point, à l'armement et la radio pas réglés, pas encore rodés... Renfort bienvenu quand même car ce sont ving-cinq Bloch qui viennent s'ajouter aux seulement quinze que possède encore le GC II/1 après l'hécatombe des 14 et 15 mai. Pour emploi les missions de couverture de la région parisienne, à nouveau à charge des deux groupes, seront effectuées souvent en patrouille double légère, deux pilotes du GC II/1 et deux du GC II/9. Ce système a pour avantage de faire connaître leur nouveau secteur aux arrivants, avec Pour guide des pilotes le survolant depuis longtemps.

 

20 mai 1940

Mission de couverture sur le secteur de Creil - Chantilly, une patrouille double légère mixte, décolle sur alerte à 10h30 (Adjudant Becquet et Sergent Montfort Amaury du GC II/1, Sergent-Chef Cucumel et Sergent Colomès du GC II/9). Les éclatements de la DCA orientent les pilotes vers un Dornier 215 faisant route vers l'ouest. Attaqué par les Français, il fait demi-tour et s'enfuit vers l'est en vol rasant, touiours sous le feu des Bloch Pourtant très gênés par les manceuvres du Dornier qui suit les ondulations du relief. Son avion très vite touché par le tir du mitrailleur allemand qui lui occasionne une importante fuite d'huile, l'adjudant Becquet doit rompre et rentrer à Buc. Les trois autres continuent leurs attaques par l'arrière jusqu'à ce que le Sergent-Chef Cucumel change de tactique et tire de trois-quarts arrière par dessus. Après deux passes il envoie le Dornier Do 17P du 4.(F)/11 s'écraser à 12h00 entre Senlis et Crépy-en-Valois, homologué aux quatre Pilotes : Adj Becquet, Sgt Cucumel, Sgt Montfort Amaury et Sgt Colomès.

21 mai 1940

Mission de couverture sur alerte du secteur Chantilly - Pontoise, une patrouille double légère. En fin de mission et alors qu'il se dirige vers Persan, le dispositif tombe sur un Do 215 à 3 000 m qui s'enfuit en piquant " plein pot ". Lancés dans une poursuite en rase-mottes, les Bloch 152 ne le rattrapent que difficilement. Le Dornier finit par être tiré d'assez près par l'adludant Becquet et le Sous-Lieutenant Belland : très vite un des moteurs émet de grosses fumées noires, l'avion réduisant fortement sa vitesse. Émile Becquet rapporte : " J'attends quelques instants que toute la patrouille soit placée et je tire plein arrière. le suis obligé d'orroser car je n'ai pas de lumière au collimoteur. Je continue à tirer par rafales cinq fois plein arrière légèrement en dessous dégageant à chaque fois pour que les patrouilleurs puissent tirer. Le Lieutenant Belland effectue trois posses. Le Sergent Montfort tire quatre rafales. Le Sergent-Chef Roquerbe ne peut arriver à bonne distance pour tirer. Après une poursuite de douze minutes et ayant déjà effectué une heure quarante de vol, nous faisons demi-tour", Le bimoteur s'écrase finalement près de Roye à 6 h 05, homologué à la patrouille Becquet - Belland - Montfort.

 

MB 152 du GC II/1

 

Le 2 juin 1940, le GC II/1 quitte définitivement Buc pour la base voisine de Brétigny. Son potentiel s'est considérablement renforcé grâce à l'arrivée de six pilotes polonais le 19 mai (trois par escadrille) portant le nombre de pilotes à 26. L'arrivée de nouveaux avions permet d'en compter une vingtaine de disponibles sur vingt-cinq en compte. Vingt-trois seulement rejoignent la nouvelle base.

 

5 juin 1940

Une dizaine de pilotes polonais du GC l/145 se pose à Brétigny, prenant à son compte les missions de couverture de la région parisienne et permettant ainsi au GC II/1 de fournir trente-sept sorties en trois missions, dont deux sur le front de la Somme. Au cours de la première, une destruction sur Roye - Chaulnes engageant sept Bloch 152 emmenés par le Lieutenant Brun, un Henschel 126 est abattu à une quinzaine de kilomètres de Roye par la patrouille de l'Adjudant Becquet - Sergent-chef Patoor - sergent Montfort. Basés au sud de Paris, les pilotes du GC II/1 jouent avec l'extrême limite du rayon d'action du Bloch : pour cette mission Pierre Patoor a tenu l'air deux heures cinq minutes ! Lors de la seconde mission, une destruction lancée à 17h 15 avec treize avions, Becquet bien que touché parvient à rentrer à Buc, mais son équipier le caporal-chef polonais Krieger doit se poser au nord de Beauvais et y laisser son avion.

8 juin 1940

Opérant oujours sur le même secteur, une des missions de la journée permet à l'Adjudant-Chef Ernest Richardin et à l'adjudant Emile Becquet d'abattre un Bf 109 à Laneuvilleroy, dans I'Oise.

Le 10 juin, le GC II/1 évacue Brétigny pour La Penhe, où stationne déjà le GC III/2 qui a pu parfaitement camoufler ses vingt-cinq Curtiss sous les arbres bordant la piste. L'arrivée de la vingtaine de Bloch du GC II/1 est superflue au
vu des faibles capacités du terrain...

 

11 juin 1940

Malgré des conditions météorologiques défavorables, le GC II/1 fournit un important dispositif pour une destruction sur Pontavert - Neufchâtel-sur-Aisne : une patrouille triple basse et une triple moyenne (en tout une quinzaine d'avions) protégée à l'étage supérieur par une formation du GC II/6. Ces trois patrouilles triples, gênées par la brume, rencontrent aux environs de 9 h 00 de petites formations de bombardiers du II./KG 2 escortées par des Messerschmitt. Un pilote français est blessé mais l'Adjudant-Chef Richardin et l'Adjudant Becquet inscrivent la dernière victoire du palmarès du GC II/1 : un Henschel 126 surpris au nord-est d'Ermenonville, à I'intérieur des lignes allemandes.

Le GC II/1 se replie le 17 juin jusqu'à Valensole, en Provence où l'armistice le surprend 8 jours plus tard. Le 12 juillet, jour où le Groupe est transféré à Luc, dans le Var, Emile Becquet se tue en convoyant son Bloch n° 35 vers ce nouveau terrain.

 



 

NB : L'unité tactique de l'escadrille est la patrouille, laquelle peut-être organisée comme suit :

- Patrouille simple : 3 avions.
- Patrouille légère : 2 avions.
- Patrouille double : 6 avions (2 patrouilles simples).
- Patrouille double légère : 4 avions (2 patrouilles légères).
- Patrouille triple : 9 avions (3 patrouilles simples).
- Patrouille triple légère : 6 avions (3 patrouilles légères).

 

 


Traducteur / Translator / Traduttore / übersetzer / vertaler

 



Croix de guerre
 


 



 


Victoires aériennes

Victoires  
o
.
5
  Collaboration
Probables  
o
.
o
  Collaboration
Non confirmées  
o
.
o
  Collaboration
Endommagés  
o
.
o
  Collaboration

Objectifs terrestres
.
Avions détruits au sol  
-
.
-
  Endommagés au sol
Blindés  
-
.
-
  Véhicules
Locomotives  
-
.
-
  Bateaux

VICTOIRES
Date Heure Revendic Type Unité Avion d'arme Unité Lieu   Référence
20/05/40 12.00 Détruit Do 215
4.(F)/11 MB 152 GC II/1 Crépy-en-Valois (60)
1
2
4
-
(Adj) Becquet Emile
(Sgt) Montfort Amaury
(S/C) Cucumel Johannès GC II/9
(Sgt) Colomès GC II/9
21/05/40 06.05 Détruit Do 215
MB 152 GC II/1 Roye (80)
2
3
-
(Adj) Becquet Emile
(Sgt) Montfort Amaury
(Slt) Belland
05/06/40 Détruit Hs 126
MB 152 GC II/1 Roye (80)
3
4
-
(Adj) Becquet Emile
(Sgt) Montfort Amaury
(S/C) Patoor Pierre
08/06/40 Détruit Me 109
MB 152 GC II/1 Lunéville (54)
-
4
(A/C) Richardin Ernest
(Adj) Becquet Emile
11/06/40 Détruit Hs 126
MB 152 GC II/1 Ermenonville (95)
-
5
(A/C) Richardin Ernest
(Adj) Becquet Emile


Sources

Avions Hors Série numéro 20 : Les As français de 1939 - 1940 : Première partie d'Accart à Lefol
Avions Hors Série numéro 25 : Les As français de 1939 - 1940 : Seconde partie de Le Gloan à Williame

 

   




 

 

 

 

 

 


Cieldegloire.com